/finance/homepage

Une étude du BAPE réclamée sur le projet Laurentia

Une motion sera déposée au conseil municipal de la Ville de Québec, lundi, afin de réclamer une étude du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) du Québec sur les effets transport terrestre entourant le projet Laurentia. 

• À lire aussi: Projet Laurentia: le Port insiste sur l’impact minime sur la qualité de l’air

• À lire aussi: Projet Laurentia: un rapport «incomplet», regrette le Port de Québec

Des conseils de quartier et des groupes environnementaux craignent que ce projet du Port de Québec amène son lot de problèmes environnementaux.

Ils s’inquiètent notamment de l’augmentation de la circulation et d’une hausse des particules dans l’air des quartiers situés autour du Port de Québec. 

««Il y a cinq conseils de quartier, il y a des groupes de citoyens qui se sont regroupés pour dénoncer ce fait et qui demandent la tenue d’un BAPE pour examiner de façon exhaustive les impacts, principalement sur la circulation, mais également sur toute la question de la qualité de l’air», explique Raymond Dion, conseiller indépendant du district de Loretteville-Les Châtels. 

Les deux conseillers municipaux qui déposeront la motion, Raymond Dion et Jean Rousseau, souhaitent aussi obtenir des chiffres plus précis sur la fréquence du transport de marchandises entourant le projet Laurentia. 

«La tenue d’un BAPE permettrait de savoir exactement combien il va y avoir de camions et combien il va y avoir de trains parce qu’on nous dit 10%, 180 trajets par jour de camions, alors qu’à Montréal, on est à 1100 camions par jour, 55%. Alors déjà, d’avoir l’information concernant le véritable nombre de transits, ça, c’est important», soutient Jean Rousseau, conseiller municipal du district du Cap-aux-diamants. 

Le Port de Québec, de son côté, soutient que cette demande a déjà été entendue lors des rencontres entre l’administration portuaire et ces différents groupes citoyens au cours des derniers mois. 

L’organisation ajoute cependant qu’elle ne fournira pas de commentaires supplémentaires et suivra plutôt les discussions en cours au niveau des instances politiques.