/regional/quebec/chaudiereappalaches

Une école ferme pour une troisième année de suite

vielle ecole Scott section modulaires

Photo Jean-François Racine

Les parents de l’école primaire l’Accueil de Scott, en Beauce, vivent bien malgré eux une troisième année scolaire de suite sérieusement perturbée par une fermeture prolongée de leur établissement.

• À lire aussi: Une école primaire de Beauce fermée à cause d’une éclosion majeure de COVID-19

À la fin du mois d’avril 2019, le rez-de-chaussée de la vieille école avait été détruit par les inondations. Des malfaiteurs avaient ensuite dérobé des appareils informatiques, en plus de commettre du vandalisme à l’intérieur.

En mars 2020, le gouvernement annonçait une fermeture pour ralentir la progression de la pandémie. Cette mesure s’est finalement étirée jusqu’en mai.

Un an après, l’école fait actuellement face à une éclosion majeure de COVID-19 parmi les élèves et le personnel. Les cas se comptent par dizaines. La Santé publique a décidé de fermer l’école pour deux semaines. Les enfants pourraient retourner en classe après la semaine de relâche.

Sections modulaires ajoutées

Les travaux de la nouvelle école progressent, mais l’établissement ne sera pas prêt pour la rentrée de septembre. Dans l’ancien bâtiment, des sections modulaires ont été ajoutées en attendant 2022, mais promiscuité et pandémie ne font pas bon ménage. Les enfants vivront donc une quatrième année consécutive dans des conditions qui sont loin d’être idéales.

Avec trois enfants au primaire, Sébastien Dostie a vécu les dernières années au gré des nombreuses difficultés de l’école l’Accueil de Scott, en Beauce. Sur le nouveau site, la construction progresse.

Photo Jean-François Racine

Avec trois enfants au primaire, Sébastien Dostie a vécu les dernières années au gré des nombreuses difficultés de l’école l’Accueil de Scott, en Beauce. Sur le nouveau site, la construction progresse.

«Ma plus vieille est en troisième année et chaque année, il y a eu quelque chose. Lorsque la nouvelle école sera terminée, son primaire sera très avancé. Ils vivent des épreuves chaque semaine», explique Sébastien Dostie.

Avec quatre enfants au total dans la famille, le casse-tête de l’enseignement à distance et du télétravail est vite devenu une jonglerie.

«Ils ont jusqu’à 2 h 30 de vidéoconférence par jour. Je suis enseignant pour mes enfants et je dois faire mon travail à moi là-dedans. Une fois les enfants couchés, c’était l’épicerie, mais le couvre-feu n’aide pas», ajoute M. Dostie.

Le personnel aussi

Les membres du personnel doivent également surmonter plusieurs difficultés depuis les dernières années, à commencer par la directrice elle-même terrassée par la COVID-19.

«On est tassés avec 310 personnes. On a vraiment essayé, mais je l’ai eue même si je voulais donner l’exemple. On va se relever encore une fois», affirme Sylvie Boutin. Très malade, elle n’a toutefois pas été hospitalisée.

Après avoir longtemps maintenu le navire à flot, la directrice n’aura pas le plaisir d’inaugurer la nouvelle école puisqu’elle part à la retraite en juin.

«Ça va être merveilleux, mais je ne serai plus là. Ça fera 35 ans en juin que je donne aux autres. Je vais penser à moi.»