/news/coronavirus

10 000$ d'amendes pour un feu de camp

Deux rassemblements illégaux ont coûté cher à leurs participants cette fin de semaine à Bromont, en Montérégie.

• À lire aussi: La SQ promet d’être plus présente pendant la relâche

• À lire aussi: Des propriétaires de chalets reçoivent des demandes de réservation illégales

• À lire aussi: Couvre-feu: plus de 1000 contraventions dans la dernière semaine au Québec

D’abord, trois couples d’amis se sont rassemblés pour faire un feu de camp dimanche après-midi, dans la cour arrière d’une résidence privée.

Les policiers sont intervenus et ont remis une amende de 1500 dollars à chaque personne. Avec les frais administratifs, la facture de ce feu de camp s’élève donc à 10 000$ pour les trois couples.

Ces derniers affirment qu’ils étaient conscients d’être dans l’illégalité, mais estimaient ne représenter aucun danger puisque les bulles familiales sont demeurées à distance. Ils remettent en question la pertinence du règlement et entendent contester leurs contraventions.

Mais pour le maire de Bromont, Louis Villeneuve, la loi c’est la loi.

«C’est un peu comme si je roule sur l’autoroute à 160 parce qu’il n’y a pas de trafic. Je me dis : je fais attention. Je peux comprendre. Les gens peuvent avoir des opinions, mais actuellement, la règle est claire. On le sait», affirme l’élu.

15 personnes dans un chalet 

Toujours à Bromont, une quinzaine de Montréalais qui avaient loué un chalet ensemble ont vu leur fin de semaine finir en queue de poisson.

Les policiers ont mis fin à ce rassemblement qui regroupait six adultes et neuf enfants.

Chaque adulte s’est vu remettre une amende de 1500 dollars.

Dans la même catégorie