/regional/montreal/monteregie

Des genouillères auraient causé la mort d’un apprenti maçon

Andrew Beach, 19 ans, suivait un cours de briqueteur-maçon au centre de formation professionnelle ACCESS, à Saint-Lambert.

Photo courtoisie

Andrew Beach, 19 ans, suivait un cours de briqueteur-maçon au centre de formation professionnelle ACCESS, à Saint-Lambert.

Un étudiant en maçonnerie de 19 ans aurait été foudroyé par une embolie pulmonaire massive probablement liée au port de genouillères, une journée avant la fin de ses études, en août dernier.

« Andrew voulait devenir maître maçon depuis toujours. Tout petit, il me remplissait déjà des cahiers de châteaux en pierre », se rappelle avec émotion sa mère, Eugénie Boudreau.

Son grand garçon, Andrew Beach, était sur la bonne voie pour réaliser son rêve, avant de mourir subitement le 20 août 2020, à Saint-Jean-sur-Richelieu. 

Le jeune homme s’était procuré un camion et de nombreux outils pendant l’été et avait été approché par plusieurs compagnies de la Rive-Sud pour commencer dès qu’il obtiendrait son diplôme. 

Mais comble de malheur, son père l’a retrouvé mort devant son ordinateur, écouteurs encore aux oreilles, le jeudi avant sa dernière journée de cours. 

Un caillot de sang formé dans sa jambe serait remonté jusqu’à ses poumons, provoquant l’embolie fatale au jeune homme sans problèmes de santé connus. 

Ses collègues de classe ont construit un banc dans la cour d’école en son souvenir avec ses briques restantes.

Photo courtoisie

Ses collègues de classe ont construit un banc dans la cour d’école en son souvenir avec ses briques restantes.

Un accessoire anodin

Le coroner, qui déposera son rapport officiel d’enquête dans les prochains jours, aurait expliqué aux parents que l’embolie qui a causé son décès serait reliée aux genouillères qu’il avait l’habitude de porter pour les travaux pratiques à l’école.

« Je ne peux pas croire que quelque chose d’aussi anodin que des gens font à la journée longue soit aussi dangereux », témoigne la mère de quatre enfants, dans tous ses états. 

Pour sa part, le président sortant de Thrombose Canada, le Dr André Roussin, estime qu’Andrew Beach a été victime d’une « malchance extrêmement rare et malheureuse », surtout vu son jeune âge. Moins de 5 % des embolies pulmonaires sont mortelles. 

« Même s’il a passé la journée à genoux et la nuit assis devant l’ordinateur, ça reste une rareté. Mais quand on parle de choses archirares, ça ne veut pas dire que ça n’arrive pas. » En 40 ans de pratique, c’est la première fois que l’interniste du CHUM entend parler d’une thrombose qui aurait été provoquée par l’usage de genouillères. 

Eugénie Boudreau, qui vient d’une famille de maçon de génération en génération, souhaite aujourd’hui sensibiliser la population aux risques, aussi minimes soient-ils, reliés au travail accroupi et à cet accessoire.

«Si ça peut juste aider un monsieur ou une madame à ne pas faire une phlébite...», plaide-t-elle, en pensant particulièrement aux travailleurs de la construction, aux carreleurs de plancher et aux jardiniers amateurs. 

Diplômé malgré tout  

Andrew Beach a exceptionnellement reçu son diplôme de briqueteur-maçon à titre posthume lors de ses funérailles. 

Il s’agit d’un petit baume pour sa famille, qui s’ennuie de son sens de l’humour et de son anticonformisme. Il laisse aussi dans le deuil sa copine des cinq dernières années, Audrey.