/news/politics

Effacer le nom de Trudeau de l’aéroport

Le Parti québécois et Québec solidaire réclament que l’aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau soit rebaptisé, à la suite de nouvelles révélations à l’endroit de l’ex-premier ministre canadien. 

Le Parti québécois appuie une pétition mise en ligne ce matin (aeroportlevesque.quebec) par la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal. Plusieurs autres groupes sont également au nombre des signataires.

• À lire aussi: Il faut renommer l’aéroport Pierre–Elliott–Trudeau

• À lire aussi: Trudeau était prêt à tout pour miner les souverainistes, selon Claude Morin

• À lire aussi: Pierre Elliott Trudeau voulait nuire à l'économie du Québec

Pour la présidente de la SSJB, associer son nom à un aéroport « est un des grands privilèges » qu’un État peut accorder.

Pierre Elliot Trudeau.
Ex-PM du Canada

Photo d'archives

Pierre Elliot Trudeau. Ex-PM du Canada

Marie-Anne Alepin fait valoir que des personnalités publiques se sont vu retirer leurs honneurs récemment après que de nouvelles révélations eurent fait surface. « Ça, c’est un gros trophée », dit-elle.

Son organisation propose que l’endroit soit plutôt rebaptisé en l’honneur de l’ex-premier ministre québécois René Lévesque.  

Le dossier de l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau est revenu dans l’actualité la semaine dernière lorsque la CBC a déterré un câble diplomatique américain daté de 1976, année de l’arrivée au pouvoir du PQ.

On pouvait y lire que le premier ministre canadien aurait demandé à l’homme d’affaires Paul Desmarais de transférer « autant d’opérations et d’investissements que possible » hors du Québec afin de punir et d’affaiblir économiquement la province. 

Tant l’entourage de Pierre Elliott Trudeau que Power Corporation ont nié cette lecture des événements rapportée par l’ambassadeur américain de l’époque.  

L’aéroport René-Lévesque ? 

Mais peut-on vraiment imaginer qu’Ottawa nommera un aéroport en l’honneur d’un leader indépendantiste ?

René Lévesque.
Ex-PM du Québec

Photo d'archives

René Lévesque. Ex-PM du Québec

« C’est un politicien dont la mémoire fait consensus, estime l’actuel chef du PQ, Paul St-Pierre Plamondon. Et c’est la personne qui, individuellement, a le plus souffert des stratagèmes mensongers de Pierre Elliott Trudeau. » 

Pas question, pour autant, de se lancer dans un mouvement de déboulonnage des statues d’autres personnages controversés. Le cas de Pierre Elliott Trudeau est différent, estime Paul St-Pierre Plamondon, parce que son héritage est « encore extrêmement présent aujourd’hui et empêche les Québécois de vivre dans une démocratie normale ».  

Dans une pétition séparée, mise en ligne vendredi (signez.quebecsolidaire.net/trudeau), Québec solidaire exige aussi de rebaptiser l’aéroport montréalais et propose de profiter de l’occasion pour honorer une personnalité féminine. 

« Monsieur Pierre Elliott Trudeau, à notre sens, n’a pas la légitimité pour donner son nom à une infrastructure comme celle d’un aéroport international. Ça n’a pas de bons sens. Son rapport avec le peuple québécois est beaucoup trop trouble », dit la co-porte-parole de QS, Manon Massé. 

Sans vouloir proposer « une liste de noms », Mme Massé estime que la toponymie actuelle au Québec ne fait pas suffisamment de place aux figures féminines historiques.  

Un nom controversé 

Ce n’est pas la première fois que le nom de l’aéroport de Dorval suscite la grogne. Lorsque l’endroit a été rebaptisé en 2003, les fils de M. Trudeau Justin et Alexandre avaient été accueillis par une soixantaine de contestataires.

Plusieurs reprochaient à l’ex-premier ministre sa lutte contre l’indépendance du Québec, tandis que d’autres ne digéraient toujours pas d’avoir été expropriés de Mirabel inutilement. 

Selon le quotidien Le Devoir, Justin Trudeau, qui a aujourd’hui succédé à son père, avait alors confié « avec désinvolture » : des gens « veulent essayer d’effacer le nom de Pierre Elliott Trudeau de l’histoire collective canadienne. C’est un peu irréaliste ». 

Reproches adressés à P.E.T  

-Proclamation des mesures de guerre en octobre 1970 

-Volonté de saboter l’économie québécoise en 1976 

-Expropriations de Mirabel pour y construire un aéroport 

-Rapatriement de la Constitution en 1982 sans l’accord du Québec 

-Opposition à l’accord du lac Meech