/finance/homepage

Le PIB a fléchi de 5,4% en 2020, pire résultat depuis 1961

Pile of Canadian Cash Color

Hypnotik Photography - stock.adobe.com

L'économie canadienne s'est contractée de 5,4% en 2020, en raison de l'impact de la pandémie de coronavirus, son pire recul depuis au moins 60 ans, a annoncé mardi l'institut canadien de la statistique.

À titre de comparaison, le Canada avait affiché une croissance de 1,9% en 2019.

L'économie canadienne a cependant nettement rebondi en fin d'année, avec une croissance de 9,6% en rythme annualisé au quatrième trimestre, une progression supérieure aux attentes des économistes.

Le recul du PIB en 2020 représente «la baisse annuelle la plus prononcée (...) depuis le début de la collecte de données trimestrielles en 1961», souligne Statistique Canada.

Dans les faits, «c'est le recul annuel le plus prononcé depuis la Deuxième guerre mondiale, surpassant la chute de 3,2% enregistrée en 1982», a souligné de son côté Douglas Porter, économiste principal à la Banque de Montréal.

Les pays n'utilisent pas tous le même mode de calcul pour le PIB, ce qui complique les comparaisons internationales.

Le Canada mesure l'évolution du PIB à la fois en rythme annualisé - qui le compare à celui du trimestre précédent puis projette l'évolution sur l'année entière à ce rythme -, et d'un trimestre à l'autre.

D'un trimestre à l'autre, le PIB a affiché une croissance de 2,3% au quatrième trimestre, après «des fluctuations record aux deux trimestres précédents», a indiqué Statistique Canada dans un communiqué.

Au quatrième trimestre, les entreprises ont investi dans le matériel et les équipements et recommencé à constituer des stocks, indices d'une reprise anticipée, pendant que les investissements dans l'immobilier se maintenaient à un taux élevé dans un contexte de bas taux et de demande accrue en logements, a précisé Statistique Canada.

«L'économie canadienne a clairement fait face à la deuxième vague et aux restrictions qui y sont liées bien mieux que ce à quoi on s'attendait, et il faut s'attendre à ce que les prévisions soient revues à la hausse en conséquence», a estimé M. Porter.

Pour l'ensemble de 2020, Statistique Canada note que la demande intérieure a reculé de 4,5%, tandis que le revenu disponible des Canadiens progressait de 10% par rapport à 2019.

C'est l'augmentation «la plus forte jamais enregistrée en près de quatre décennies», selon l'institut, qui l'explique par les mesures de soutien économique «exceptionnelles» mises en place par les administrations publiques au cours de l'année.

Cette «masse d'épargne excédentaire» a poussé la Banque de Montréal a réviser à la hausse d'un point sa prévision de croissance de l'économie canadienne en 2021, à 6%, du jamais vu depuis 1974, selon M. Porter.

De son côté, la Banque du Canada prévoit une croissance de 4% en 2021 et de 5% en 2022.