/finance/homepage

LVL Global investit pour sécuriser ses opérations

Lucie Charest / AGENCE QMI

L’usine de poutres de bois lamellé LVL Global, à Ville-Marie, au Témiscamingue, se dote d’un nouvel équipement devant moderniser ses opérations et créer de nouveaux emplois.

Elle complète actuellement les travaux d’installation d’une chaudière à la fine pointe de la technologie qui lui permettra aussi de se conformer aux normes environnementales.

L’entreprise fabrique des poutres de 95 pieds en bois lamellé qui sont utilisées comme charpentes dans le secteur de la construction. Elles sont faites à partir de minces couches de bois déroulé scellées les unes autres par un procédé de laminage industriel.

La production requiert une chaudière qui, en brûlant les résidus de fabrication, produit de la vapeur qui alimente les appareils de fabrication et de chauffage de l’usine.

Selon Claude Gagnon, président de LVL Global, la désuétude de l’ancienne chaudière menaçait gravement la poursuite des opérations.

«Nous n’avions plus le choix, admet-il. La chaudière avait été installée au début des années 1970 alors qu’elle était déjà usagée. Le moindre bris pouvait interrompre les opérations pendant plusieurs semaines. Mais dans bien des cas, les pièces de remplacement étaient très difficiles à obtenir et ça, c’est quand elles existaient encore.»

Avec l’ancienne chaudière, il fallait aussi interrompre les opérations chaque semaine pour une durée de 18 heures afin d’en retirer les cendres. Selon M. Gagnon, la nouvelle chaudière, dont l’installation devrait être complétée en mai, brûlera elle-même ses cendres. Trois emplois liés à l’entretien de l’ancienne et à la récupération des cendres seront abolis. Un seul emploi, celui d’opérateur, sera maintenu et il pourra se faire à distance.

Le patron se fait toutefois rassurant.

«Ces trois emplois seront compensés par la création de cinq à sept nouveaux emplois qui découleront de l’augmentation de la productivité qu’apportera la nouvelle chaudière, assure-t-il. Ils s’ajouteront aux 92 emplois que nous avons actuellement à l’intérieur de l’usine.»

Fait non négligeable, cette nouvelle chaudière permettra, de plus, de se conformer aux nouvelles normes environnementales relatives aux émanations de particules dans l’atmosphère. «Depuis cinq ans, nous recevions régulièrement des avis [du ministère] de l’Environnement, indique M. Gagnon. Le taux permis est de 70 milligrammes de particules par mètre cube sur une base annuelle, alors que notre vieille chaudière pouvait atteindre les 549.»

L’investissement de 6,1 millions $ provient à 40 % du fonds de roulement de LVL Global. Le reste, sous forme de subventions remboursables, de Développement économique Canada et Investissement Québec. Les travaux débutés à l’automne 2020 devraient être complétés en mai 2021, après avoir comblé un mois de retard lié aux répercussions du confinement.