/regional/saguenay

Des défis importants pour les maisons d’hébergement pour femmes à Saguenay

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, les demandes d'aide auprès des maisons d'hébergement ont augmenté durant la pandémie. Les femmes sont nombreuses à vouloir quitter un milieu de vie violent.

• À lire aussi: La sécurité des femmes et des enfants, ça n’a pas de prix

• À lire aussi: Des logements sociaux pour réduire les féminicides

• À lire aussi: Assassinée peu après la libération de son ex

Les demandes d'hébergement sont élevées dans la région et les places, limitées. En période de pandémie, les ressources ont dû fermer certaines chambres pour faire respecter les mesures sanitaires.

Une autre difficulté que rencontrent les centres: les délais pour relocaliser les femmes à la recherche d'un logement. Plus la recherche est longue, plus le séjour s'allonge et moins il y a de roulement.

«On doit vraiment travailler en collaboration avec d'autres centres de la région parfois pour relocaliser des femmes. Des fois, même, ça peut occasionner des délais, donc une femme qui en a besoin immédiatement devra attendre un peu», a avoué la directrice du Centre féminin du Saguenay, Marie-Claude Bouchard.

Dans certains cas, les femmes disposent de peu de moyens. Il est important de trouver un logement abordable.

L'Office municipal d'habitation (OMH) de Saguenay est d'une grande aide dans ces recherches.

«Avec une lettre qui confirme qu'elles sont victimes de violence, on les met en priorité dans notre liste de ceux qui veulent un logement à prix modique. Les délais sont d'environ deux à trois mois, je dirais, en moyenne», a expliqué mercredi la directrice du service à la clientèle à l'OMH, Ariane Villeneuve.

Dans un contexte où le taux d'inoccupation des logements privés s'élève à 2,8 % à Saguenay, le choix est limité. Surtout dans l'arrondissement de La Baie, où environ 25 logements, toutes grandeurs confondues, seraient disponibles. Là-bas, le taux d'inoccupation est de 1,7 %.

«Il y a des mois où c'est plus difficile de trouver un logement, il y en a moins qui sont disponibles. Bien sûr, cette personne ne peut pas attendre au 1er juillet, ça peut occasionner des difficultés cette urgence-là», a détaillé le directeur des affaires publiques de la Corporation des propriétaires immobiliers du Québec (CORPIQ), Hans Brouillette.

La direction du Centre féminin du Saguenay rappelle qu'il est important est de ne pas rester isoler dans cette situation. Si vous ou une personne de votre entourage avez besoin d'aide, n'hésitez pas à appeler les ressources d'aide disponibles.

Dans la même catégorie