/finance/homepage

Des gratuités réclamées pour les commerçants

L’opposition officielle à la Ville de Montréal a présenté, mercredi, ses propositions pour aider à la relance des restaurateurs et des commerçants durement touchés par la pandémie. 

Ensemble Montréal souhaite, pour l’ensemble de l’été 2021, la gratuité du permis de terrasse et des emplacements quotidiens que doivent payer camions de cuisine de rue. 

Le parti demande aussi que les cotisations aux Sociétés de commerce de détail (SDC) soient également gratuites. 

«Ils ont reçu 263 millions de dollars du gouvernement provincial, dont 60 millions qui sont dédiés au développement économique, donc je pense que ces 13 millions de dollars sont très bien investis pour les 12 000 commerçants membres des SDC», affirme Aref Salem, porte-parole d’Ensemble Montréal en matière de développement économique.

Des idées qui sont bien accueillies par des commerçants. 

«Ah ben ce serait pas pire ça, ça nous ferait du bien un petit coup de pouce parce que sans les salles de restaurant, coupé à moitié, je peux vous dire que c’est difficile», lance Régis Menetrey, propriétaire de La Mie Matinale. 

Une suggestion qui réjouit aussi les propriétaires de Food trucks. Ceux-ci n’ont pas été nombreux à sillonner les rues de la métropole l’été dernier. 

«Les sorties ont eu lieu vraiment sur le tard, ça a commencé au mois de juillet, donc on a seulement eu neuf camions qui ont profité de ce droit d’utiliser les rues de Montréal alors on espère vraiment qu’avec ça on va voir d’autres restaurateurs de rue qui vont mettre la clé dans le moteur et qui vont partir sur les caps de roues», soutient Gaëlle Cerf de l’Association des restaurateurs de rue du Québec. 

En décembre dernier, l’administration Plante présentait un plan de 60 millions $ qui prévoyait des mesures de soutien aux entreprises pour relancer l’économie de Montréal grandement affectée par la crise sanitaire.