/regional/estduquebec/basstlaurent

Le virtuel permet de continuer à danser à Rimouski

On le sait, la COVID-19 a chamboulé presque tous les milieux et celui de la danse ne fait pas exception. À l'École de danse Quatre temps de Rimouski, au Bas-Saint-Laurent, les cours virtuels sont devenus la norme et bien des danseurs ont accepté de troquer les grands studios pour leur salon.

• À lire aussi: Gardons nos écoles de danse en vie

• À lire aussi: Une école de ballet établie à Québec depuis 32 ans ferme ses portes

• À lire aussi: Des artistes forcés de trouver un nouveau métier

«Les enseignants ont dû changer leurs pratiques, mais la passion est tellement là qu'on est allés au-delà des contraintes techniques pour rejoindre les gens dans leurs foyers et les faire danser», a lancé Johanne Potvin, la directrice générale de l'École de danse Quatre temps.

L'école, qui accueille près de 1000 étudiants annuellement, a dû refermer ses portes en décembre dernier lorsque le Bas-Saint-Laurent a rebasculé au palier d'alerte maximal.

Depuis, ils ont intensifié la diffusion de leurs ateliers virtuels afin que les danseurs continuent de bouger.

«On n’envisageait pas les bienfaits au départ, mais ç’a été une révélation. On a découvert que l'utilisation du virtuel nous donnait accès à une clientèle que l'on ne soupçonnait pas», a ajouté Mme Potvin.

Une pratique changée

L'école de danse de Rimouski a la chance d'accueillir quelques danseurs au quotidien: les élèves du secondaire du programme Danse-études.

«Normalement, on fait des duos, on se touche, on fait des portées, mais là on n'a plus rien de ça, tout est à deux mètres, c'est vraiment un gros changement», a souligné Laurence Ouellet, 14 ans.

«C'est sûr qu'avec les masques c'est différent parce qu'on ne peut plus montrer d'expression faciale», a ajouté Marie-Laurence Proulx, 13 ans.

Mais si la COVID-19 a presque tout chamboulé, elle n'a pas eu raison de leur passion.

«Pour moi, elle est toujours aussi forte», a dit une danseuse.

«La danse, ça fait partie de ma vie depuis que je suis toute petite et je ne pense pas que ça va partir», a indiqué une autre.

Toutefois, même si le corps enseignant et les jeunes se sont adaptés à tous ces changements, la direction de l'école espère reprendre les cours en studio pour le grand public le plus rapidement possible pour éviter que l'année financière soit déficitaire.

Dans la même catégorie