/sports/homepage

Vers une reprise graduelle des sports

Le premier ministre François Legault s’est engagé mercredi à jeter du lest pour permettre aux jeunes de reprendre leurs pratiques sportives. Ainsi, les sports parascolaires pourront reprendre partout au Québec à partir du 15 mars et un plan complet de déconfinement progressif des sports sera présenté la semaine prochaine par le gouvernement provincial.

De plus, les régions de la Capitale-Nationale, de Chaudière-Appalaches, de l’Estrie, de la Mauricie–Centre-du-Québec passeront en zone orange à compter du 8 mars. Il y sera donc alors possible de retourner au gym et de pratiquer des sports à deux.

Cette annonce en a toutefois laissé certains sur leur appétit. C’est le cas d’Isaac Pépin, élève et joueur de football au Séminaire Saint-François, à Saint-Augustin-de-Desmaures, qui a organisé une manifestation devant le parlement dimanche prochain pour le retour du sport. Cette dernière est d’ailleurs toujours au programme.

«Je suis un peu déçu. [Le premier ministre François Legault] ne nous a pas vraiment sorti de solutions. On va pouvoir faire du sport, mais à deux. Faire du sport à deux, ce n'est vraiment pas beaucoup, tandis qu'on peut être 100 dans un lieu de culte. C'est une belle incohérence, on va le dire comme ça», a réagi Isaac Pépin à l’antenne de TVA Nouvelles.

De son côté, SPORTSQUÉBEC a plutôt bien accueilli l’annonce du gouvernement Legault, même si on devine que l’organisme espérait un retour un peu plus rapide au sport.

«Nous aurions aimé une reprise graduelle de la pratique sportive pour le bien-être mental et physique de la population, mais nous sommes conscients que le gouvernement doit composer avec une situation qui engendre son lot d’imprévus. Nous continuerons de travailler avec nos partenaires et de collaborer avec la Santé publique afin de favoriser un retour au sport rapidement», a commenté Luc Fournier, directeur général par intérim de SPORTSQUÉBEC, par voie de communiqué.

Kingsbury en renfort  

Pour soutenir la cause d’Isaac Pépin et de tous ces jeunes en mal de sport, Mikaël Kingsbury a interpellé François Legault dans une lettre ouverte, mercredi. Le champion de ski acrobatique y implore le premier ministre de permettre la reprise des activités sportives après ces longs mois de pause forcée en raison de la pandémie de COVID-19.

«Je me suis arrêté cette semaine et je me suis demandé ce que je ferais si j’étais ce jeune privé de sport pendant un an dans une période de pandémie. J’ai eu le vertige! Je n’aurais pas eu la capacité de survivre à une année complète privé de ma passion. Je vous le dis très simplement : je serais à la dérive», a confié Kingsbury.

«Je suis inquiet et très préoccupé par la situation des jeunes sportifs au Québec, fait valoir Kingsbury. Des milliers de jeunes sont privés de leur passion, de l’activité qui les motive à sortir de la maison, qui leur donne envie de se dépasser et qui leur donne l’espace mental pour apprendre. Je m’inquiète qu’on “perde” ces jeunes, qu’ils délaissent le sport au profit des écrans.»

Publiée sur Facebook, la missive de Kingsbury a reçu un grand nombre d’appuis notamment dans le milieu sportif. Son ancien coéquipier et rival Alexandre Bilodeau a d’ailleurs salué son initiative.

Le patineur de vitesse longue piste Laurent Dubreuil a également salué la prise de position de Kingsbury, qu’il partage entièrement.

«Je le dis aussi depuis des mois, je me considère chanceux que ce ne soit pas arrivé quand j’étais ado. À ce moment de ma vie, le patin, c’était comme une porte de sortie et une façon de me déstresser.... C’est vraiment le patin qui me faisait passer à travers mes journées. Je peux complètement imaginer ce que les jeunes vivent en ce moment, a dit Dubreuil. Pour leur bien-être, il est temps qu’ils recommencent à faire leur passion.»

Voici l’intégralité de la lettre de Mikaël Kingsbury envoyée au premier ministre François Legault.

Deux-Montagnes, 1er mars 2021

Monsieur François Legault

Premier ministre

Assemblée Nationale du Québec

Québec, Qc G1A 1A3

Monsieur le premier ministre,

Je suis inquiet et très préoccupé par la situation des jeunes sportifs au Québec. Des milliers de jeunes sont privés de leur passion, de l’activité qui les motive à sortir de la maison, qui leur donne envie de se dépasser et qui leur donne l’espace mental pour apprendre. Je m’inquiète qu’on «perde» ces jeunes, qu’ils délaissent le sport au profit des écrans. C’est bien connu, plus les jeunes avancent en âge, moins ils font d’activités sportives. Avec la pandémie, le décrochage s’est accéléré et la santé physique et mentale de milliers de jeunes est en péril. Il est grand temps d’agir. C’est pourquoi j’appuie la démarche d’Isaac Pépin, qui demande la reprise des sports encadrés au Québec.

Lorsque je remporte une médaille, M. Legault, vous êtes le premier à me féliciter sur les réseaux sociaux. Je sens que vous êtes fier qu’un Québécois performe sur la scène internationale et fasse rayonner la province. Nous sommes nombreux au Québec à le faire. En effet, la province regorge de talent sportif.

Il y a toute une génération qui rêve de nous imiter. À petite ou grande échelle, cela importe peu. L’important, c’est que ces jeunes ont la volonté de se dépasser et de trouver un sens à leur quotidien. Je me suis arrêté cette semaine et je me suis demandé ce que je ferais si j’étais ce jeune privé de sport pendant un an dans une période de pandémie. J’ai eu le vertige! Je n’aurais pas eu la capacité de survivre à une année complète privé de ma passion. Je vous le dis très simplement : je serais à la dérive.

J’ai la chance inouïe de pratiquer le ski de bosses cette saison, même si elle a été écorchée. Notre association a mis tous les éléments en place pour qu’on respecte les règles de la santé publique. Je suis convaincu que les clubs sportifs, les organisations et les fédérations sportives ont les capacités, les moyens, mais surtout la détermination nécessaire pour protéger les jeunes et leurs proches. Avant, pendant et après la pratique sportive.

Le 7 mars, lors du rassemblement prévu devant le Parlement, je serai en haut du parcours de bosses au Kazakhstan où se tiennent les Championnats du monde. Ma motivation à gagner, elle viendra d’Isaac Pépin et de tous ceux qui évoluent dans le milieu sportif et qui ne demandent qu’une chose : donner de l’air aux jeunes en leur permettant de renouer avec leur passion.

Monsieur Legault, au nom de tous les sportifs au Québec, amateurs et professionnels, je fais le souhait qu’à mon retour à la maison à la mi-mars, le sport ait retrouvé la place qui lui revient.

Mikaël Kingsbury

Médaillé d’or olympique et champion du monde