/news/currentevents

Écrasement tragique d’un petit avion dans les Laurentides

Un passionné d’aviation a été tué dans l’écrasement de son avion mercredi matin, à Gore, dans les Laurentides.

• À lire aussi: Quatre morts dans l’écrasement d’un hélicoptère en Alberta

• À lire aussi: Aviation: normes renforcées pour les émetteurs d'urgence

• À lire aussi: Un coeur en route pour une transplantation survit à un écrasement puis une chute

Des témoins ont contacté les services d’urgence vers 8 h 30 pour signaler l’écrasement du petit appareil sur le lac Barron.

Pour une raison encore inconnue, l’appareil aurait soudainement piqué du nez avant de percuter brutalement le couvert de glace du plan d’eau.

Le pilote, qui était seul à bord, serait mort sur le coup.

Selon nos informations, la victime est François Côté, 51 ans, un résident de la couronne nord de Montréal.

À leur arrivée sur les lieux, les secours ont trouvé le pilote inanimé. Il a été transporté à l’hôpital, où son décès a été constaté par un médecin.

M. Côté travaillait pour Airbus Canada à Mirabel, a confirmé l'entreprise. «Toutes nos pensées vont à sa famille, ses amis et ses collègues. Nous avons mis en place notre programme d'aide aux employés», a indiqué une porte-parole d'Airbus, Marcella Cotellazzi.

Selon le registre de Transports Canada, l’aéronef qui s’est écrasé est un appareil de construction amateur de type Wagabond, modèle Wagaero. Le petit avion a été construit en 2010.

L’ancien propriétaire de l’avion, Stéphane St-Onge, un pilote privé de Saint-Paulin en Mauricie, s’est dit bouleversé par cet écrasement tragique. Selon lui, l’avion était «en ordre», mais il regrette tout de même de l’avoir vendu. Il n’arrivait pas à s’expliquer comment un drame du genre avait pu se produire.

L’enquête visant à établir les circonstances de l’écrasement est menée conjointement par les enquêteurs des crimes majeurs de la Sûreté du Québec et le Bureau de la sécurité des transports du Canada.

- Avec la collaboration de Sébastien Houle, TVA Nouvelles, et Sylvain Larocque, Journal de Montréal