/finance/homepage

Assurance-emploi: les PME s’opposent à la couverture obligatoire pour les travailleurs autonomes

JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI

Les propriétaires de PME au Canada s’opposent fortement à l’idée qu’Ottawa élargisse la couverture de l’assurance-emploi aux travailleurs autonomes, jugeant que le moment est mal choisi en pleine crise sanitaire.

• À lire aussi: Chute inégalée d’emplois en 2020 au Québec

• À lire aussi: La PCU continue de nourrir la controverse

• À lire aussi: La gestion de la PCU, broche à foin jusqu’à la fin

Selon un sondage mené en ligne par la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), 89 % des 4901 répondants s’opposent à la volonté du gouvernement Trudeau de réformer le régime d’assurance-emploi afin d’imposer une couverture pour les travailleurs autonomes.

Près de trois propriétaires de PME sur quatre (73 %) croient qu’il serait préférable que l’élargissement de la couverture se fasse sur une base volontaire, et 73 % s’opposent au versement d’un montant minimum de 500 $ par semaine aux prestataires, peu importe les revenus de travail antérieurs.

Aussi, 82 % des sondés souhaiteraient que le nombre d’heures minimum exigé avant de pouvoir toucher des prestations d’assurance-emploi soit d’au moins 420 heures, au lieu de 120, comme c’est le cas en ce moment, a précisé la FCEI jeudi, par communiqué.

«La crainte de voir certaines prestations d’assurance-emploi particulièrement généreuses devenir permanentes inquiète beaucoup les entrepreneurs. Le moment serait, en effet, vraiment mal choisi pour faire des changements qui imposeraient de nouveaux coûts permanents au système, surtout dans le contexte actuel», a dit Jasmin Guénette, vice-président des affaires nationales à la FCEI.

Quarante-trois pour cent des propriétaires de PME ont dit que, durant la pandémie, avec les programmes mis en place par les gouvernements, il a été plus difficile d’embaucher et de retenir des employés.

«On comprend qu’il y ait actuellement des programmes pour [soutenir les travailleurs]. En revanche, l’assurance-emploi n’est pas un programme financé par le gouvernement et donc il ne devrait pas rendre permanents des changements temporaires mis en place durant la pandémie, ni rendre obligatoire l’AE pour les travailleurs autonomes. La FCEI est prête à travailler avec le gouvernement pour s’assurer que le système d’assurance-emploi conviendra à tous», a ajouté M. Guénette.

Le 19 février dernier, la ministre de l'Emploi, du Développement de la main-d'œuvre et de l'Inclusion des personnes handicapées, Carla Qualtrough, a indiqué que le gouvernement fédéral à l’intention d’augmenter le nombre de semaines de prestations offertes par la Prestation canadienne de la relance économique (PCRE), la Prestation canadienne de la relance économique pour proches aidants (PCREPA), la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique (PCMRE) et les prestations régulières de l'assurance-emploi.

Dans la même catégorie