/news/coronavirus

La COVID stoppée dans les CHSLD

Un an et 5000 morts plus tard, la pandémie de COVID-19 a pratiquement été stoppée dans les CHSLD du Québec.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

La campagne de vaccination menée depuis la mi-décembre est pour beaucoup dans la quasi-éradication de la COVID-19.

Dans les derniers jours, on a enregistré seulement une poignée de nouveaux cas de la maladie dans les Centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD). Ainsi, hier, un seul nouveau cas a été signalé dans tout le réseau.

« Le vaccin a eu un gros impact chez les résidents des CHSLD. Il y a eu vraiment une baisse considérable du nombre d’infectés depuis le début janvier », souligne Gaston De Serres médecin-épidémiologiste­­­ à l’Institut national de santé publique du Québec.

« Évidemment, ce sont de très bonnes nouvelles, ajoute-t-il, parce que les CHSLD avaient été très touchés. »

L’arrivée du vaccin dans les CHSLD, note le Dr De Serres, a coïncidé aussi avec une baisse générale de la COVID-19 au Québec, ce qui en a accentué l’impact.

Sur le terrain, on partage le constat du médecin. 

« Le vaccin est venu mettre un clou dans le cercueil du virus », estime Michel Nardella, président de l’Association des établissements de longue durée privés du Québec.

La moitié des décès  

Le premier cas de COVID-19 dans les CHSLD a été signalé le 18 mars de l’année dernière. Depuis, la pandémie a fait 5322 morts dans ces établissements, un chiffre qui représente un plus de la moitié des 10 426 décès attribuables au coronavirus au Québec.

La maladie a frappé le plus fort au printemps, alors qu’on a enregistré plus de 100 décès quotidiens pendant certaines journées d’avril dans les CHSLD. 

À cause d’une raréfaction du personnel, touché aussi par la COVID, les histoires d’horreur se sont multipliées, à commencer par la Résidence Herron, dans la région de Montréal, où une trentaine de résidents sont morts dans des conditions inhumaines, souvent après avoir été privés d’eau et de nourriture.

Mais la COVID-19 n’est pas pour autant complètement disparue. Hier, on a enregistré trois morts dans les CHSLD du Québec­­­ et 80 cas de personnes âgées toujours infectées. Ces chiffres devraient baisser, puisque les nouveaux cas n’apparaissent maintenant presque plus.

Symptômes moins graves  

De plus, le Dr Gaston De Serres fait remarquer que la vaccination atténue la gravité des symptômes chez les personnes âgées qui contractent quand même la maladie. 

« Le risque d’en décéder diminue substantiellement », dit-il.

Un des défis importants actuellement, note-t-il, est de convaincre les travailleurs de la santé des CHSLD de se faire vacciner.

Toutefois, dans les établissements, on croit que le vent est en train de tourner. 

« Au départ, on avait beaucoup d’employés qui avaient peur de se faire vacciner. Mais, quand ils ont vu qu’il n’arrivait rien aux gens âgés, ils ont accepté de recevoir le vaccin », affirme Michel Nardella, de l’Association­­­ des établissements privés.

Employés meurtris  

Si la pandémie s’atténue, il en va autrement des conséquences qu’elle aura laissées. 

« On en sort meurtris émotionnellement », explique M. Nardella.

« On a vécu beaucoup d’effondrement émotif et mental dans nos équipes. Cela a entraîné beaucoup de questionnements. Des cadres sont partis et des employés aussi. »

À son avis, la pandémie aura au moins permis l’adoption de meilleurs outils quotidiens pour empêcher la propagation des maladies infectieuses. Il estime que ces pratiques sont maintenant là pour rester.

La moitié des décès ici      

Au Québec  

  • 5322 décès en CHSLD     
  • 51 % des morts     
  • 10 426 décès au total          

Au Canada  

  • 22 082 décès au total (24 % des morts dans les CHSLD du Québec)          

TROIS ENQUÊTES      

◆ Bureau du coroner du Québec

Cette vaste enquête comportera plusieurs séances publiques dans les prochains mois. La première partie qui devait porter sur le CHSLD Herron a toutefois dû être reportée à l’automne.

◆ Protectrice du citoyen

Un premier rapport d’impact a été publié en décembre. On y constate que les CHSLD ont été négligés lors de la préparation à l’arrivée de la pandémie en mars. 

◆ Commissaire à la santé et au bien-être

Mandatée par le gouvernement Legault, la commissaire Joanne Castonguay doit examiner la performance générale du réseau de la santé dans les soins offerts aux aînés pendant la première vague.