/news/currentevents

Le double féminicide était empreint d’une rage

Myriam Dallaire et sa mère, Sylvie Bisson, ont été assassinées lundi soir à Sainte-Sophie, dans les Laurentides.

Photo Pascal Girard

Myriam Dallaire et sa mère, Sylvie Bisson, ont été assassinées lundi soir à Sainte-Sophie, dans les Laurentides.

Tuer son ex et son ancienne belle-mère à coups de hache témoigne d’une rage intense chez le suspect et d’un acharnement que l’on voit trop souvent lors de féminicides, croient des experts.

« La scène qui a été décrite démontre une explosion de colère, un défoulement », expose le psychiatre Gilles Chamberland, de l’Institut national de psychiatrie légale Philippe-Pinel. 

• À lire aussi: Il aurait tué son ex et son ancienne belle-mère à coups de hache

• À lire aussi: Violence conjugale: «il n’y a rien de viril à être violent avec une femme», lance Legault aux hommes

Myriam Dallaire, 28 ans, et sa mère, Sylvie Bisson, 60 ans, ont été assassinées à coups de hache lundi soir dans leur résidence de Sainte-Sophie, dans les Laurentides.

Le suspect dans cette affaire, identifié comme étant Benjamin Soudin, formait un couple avec Myriam Dallaire jusqu’à tout récemment. Ils étaient les parents d’un bambin. La jeune femme venait de rompre, ont confirmé des proches au Journal.

« Elle voulait tellement des enfants et fonder une grande famille. Et là son unique fils se retrouve seul, sans mère », s’attriste une cousine de la victime, Arianne Bisson.

Le suspect du double meurtre, âgé de 33 ans, a par ailleurs déjà été condamné pour des actes de violence, entre autres pour des voies de fait sur une autre ex-conjointe.

Drapeaux rouges  

Une séparation récente et des antécédents de violence : il s’agit de deux drapeaux rouges laissant croire qu’il était une « bombe à retardement », indique Manon Monastesse, directrice générale de la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes.

« C’était comme une chronique d’une mort annoncée. On voit beaucoup d’homicides [dans un contexte conjugal] où le conjoint avait déjà des antécédents en matière de violence », insiste-t-elle.

Selon elle, ce double féminicide témoigne d’un acharnement, « comme on le voit souvent » dans des meurtres où la violence conjugale est au cœur du drame.

« Ce qui est important pour un conjoint violent, c’est de maintenir une emprise. Il se dit : si elle n’est pas avec moi, elle ne sera avec personne. Ce n’était pas une perte de contrôle de sa part, c’était plutôt une prise de contrôle », ajoute Mme Monastesse.

« Ces gens-là en viennent à penser à mourir et se disent : ce n’est pas vrai que c’est moi qui vais payer et qu’elle va s’en sortir », renchérit le psychiatre Chamberland.

Après le massacre, Benjamin Soudin aurait fui en voiture, puis aurait tenté de s’enlever la vie en causant un face-à-face quelques kilomètres plus loin.

Gravement blessé, il se trouve toujours à l’hôpital, mais on ne craint pas pour sa vie.

Il sera rencontré par les enquêteurs dès que son état de santé le permettra.

Aimer à mourir  

Une amie de Soudin, avec qui il a parlé récemment de sa séparation, a raconté qu’il était triste, mais qu’il ne semblait pas en détresse.

« Je suis sous le choc et traumatisée. J’ai pris de ses nouvelles il y a quelques jours et jamais il n’a prononcé de menaces contre son ex. Je ne comprends pas ce geste », dit Andréa Jacques, ajoutant que le suspect lui avait confié aimer son ancienne copine « à en mourir ».