/news/coronavirus

Les camionneurs veulent être vaccinés en priorité

Les camionneurs québécois demandent au premier ministre François Legault d’être vaccinés en priorité pour éviter une troisième vague, a appris Le Journal.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

« Ces dernières semaines, il manquait de vaccins. Il fallait prioriser les autres, mais, là, c’est notre tour », a plaidé au Journal Francis Rouleau, directeur général de l’Association des routiers professionnels du Québec (ARPQ), qui compte une flotte de plus de 10 000 camions dans la province.

Beaucoup plus à risque  

Mercredi, l’association a fait parvenir une lettre au ministre des Transports (MTQ), François Bonnardel, pour obtenir son appui pour la vaccination en priorité.

« Toute l’économie passe par nos camions, a poursuivi Francis Rouleau, de l’ARPQ. On ne veut pas rendre le vaccin obligatoire, mais on souhaite que ceux qui le veulent puissent l’avoir vite. »

« On a besoin de plus de 2000 chauffeurs pour remplacer ceux qui quittent. C’est une cohorte vieillissante, qu’il faut protéger parce qu’elle est une essentielle chaîne d’approvisionnement », a ajouté Marc Cadieux, PDG de l’Association du camionnage du Québec (ACQ), qui a fait part de ses préoccupations dans une lettre au gouvernement le 24 décembre dernier.

« On est bien plus à risque que les gens qui restent à la maison. Ma crainte, c’est que les Américains nous imposent bientôt une preuve de vaccin. S’ils le font, on l’aura », a lancé Benoit Therrien, président de Truck Stop Québec (TSQ).

De son côté, Stéphane Lacroix, porte-parole des Teamsters, qui représente 5500 camionneurs québécois, est aussi d’avis qu’il faut les prioriser.

« On a encore des camionneurs qui n’ont pas accès à certains établissements, alors si les camionneurs qui le désirent se font vacciner, cela pourrait les aider à faire reculer leur anxiété et leur inquiétude en ce moment », a-t-il illustré.    

  • Écoutez l'entrevue de Benoit Dutrizac avec le camionneur Steve Marsolais sur QUB radio:    

Enseignantes et éducatrices  

Mercredi, l’Association pulmonaire du Québec (APQ) a elle aussi demandé à ce que ces patients soient dans la liste des personnes prioritaires, sans critère d’âge.

En début d’année, Québec avait souligné que les enseignants et les éducatrices en garderie seraient vaccinés en priorité, après les personnes âgées et les travailleurs de la santé.

« Ils vont être vaccinés avant des gens de leur âge, de leur groupe prioritaire, c’est-à-dire dans la première moitié des gens qui vont être vaccinés » au Québec, avait précisé le docteur Richard Massé.