/regional/montreal/laurentides

Les Laurentides auraient aimé plus de souplesse

Alors que de nombreuses régions passeront prochainement au palier orange, il y a beaucoup de déception du côté des Laurentides. Malgré tout, on se dit conscient que la situation demeure très fragile et peut changer à tout moment.

• À lire aussi: Les nouvelles hospitalisations seront concentrées à Montréal

• À lire aussi: «Enfin!», disent les restaurateurs et les gyms

• À lire aussi: Le cauchemar se poursuit pour les commerçants en zone rouge

Le portrait varie grandement dans ce grand territoire alors qu’on voit des situations complètement opposées d’une sous-région à une autre.

Par exemple, dans la MRC des Pays-d’en-Haut, qui comprend Saint-Sauveur et Piedmont, on ne rapporte que cinq cas actifs. 

Certains auraient aimé que la région soit divisée afin de permettre aux commerçants et aux de se remettre sur pieds.

«J’ai surtout hâte qu’on tombe en zone orange pour que tous les commerçants puissent ouvrir», explique Michaël Cotard, propriétaire de Cotard Chocolatier Glacier.

«Pourquoi on ne permet pas la thermothérapie qui vient compléter la massothérapie? Pour nous, c’est un non-sens. On trouve que c’est absolument injuste», lance Véronique Lemieux de l’Association québécoise des spas. 

Dans la population, plusieurs trouvent que la situation actuelle va bien et que l’on doit continuer ainsi. D’autres voudraient pouvoir rouvrir tous les commerces et enfin pouvoir manger dans les restaurants.

Le ministre de la Santé affirme que l’on doit tenir compte de la capacité dans les hôpitaux et l’arrivée des nouveaux variants.