/news/coronavirus

Cinq autotests gratuits par mois pour chaque personne

Le gouvernement suisse souhaite offrir à chaque personne cinq autotests de dépistage de la COVID-19, afin d'accompagner le redémarrage de la vie économique et sociale.

Le 1er mars, la Suisse, qui ne s'est jamais confinée, a entamé un lent processus d'assouplissement des mesures de restrictions, en rouvrant les magasins, musées, salles de lecture des bibliothèques, installations de sport et de loisirs en extérieur, et les espaces extérieurs des zoos et des jardins botaniques.

Dès lors, le Conseil fédéral (gouvernement) entend lancer une campagne de dépistage massif, dont le montant devrait dépasser le milliard de francs (904 millions d'euros), a-t-il indiqué dans un communiqué.

Il souhaite ainsi offrir à chaque personne qui le souhaite cinq autotests par mois, dès que ces derniers seront «suffisamment fiables».

Pour favoriser la multiplication des tests, il propose en outre que la Confédération prenne en charge le coût de tous les types de dépistages réalisés dans les pharmacies et centres de dépistage, y compris pour les personnes non symptomatiques.

Actuellement, la Confédération finance le dépistage des personnes symptomatiques, mais aussi celui des personnes non symptomatiques dans les établissements médico-sociaux et les écoles, ainsi que dans le cadre de la lutte contre les flambées locales. À partir de la mi-mars, il est prévu qu'elle prenne aussi en charge le coût des autres tests.

Le gouvernement souhaite également que les entreprises et les écoles réalisent des «tests répétés afin de prévenir et de détecter aussi tôt que possible les flambées de coronavirus». La participation à ce type de dépistage sera toutefois facultative.

Même si ces tests sont facultatifs, les cantons peuvent prendre d'autres mesures. Les tests ont ainsi été rendus obligatoires au collège et au lycée dans le canton de Zoug, le seul pour l'instant à avoir mis en place une telle pratique. La première semaine de tests obligatoires a révélé quatre cas positifs sur 7 500 personnes testées.

Frappée de plein fouet par la deuxième vague de contaminations, la Suisse n'a retrouvé que depuis début février des niveaux normaux de mortalité pour les plus de 65 ans.

Le pays alpin dénombre jusqu'à présent plus de 9200 décès. Un total de près de 300 000 personnes ont reçu les deux doses du vaccin contre le coronavirus.