/news/society

Les jeunes libéraux réclament la gratuité des produits d’hygiène féminine

Au tour de la Commission jeunesse du parti libéral du Québec (CJPLQ) de demander que le gouvernement offre gratuitement les produits hygiéniques féminins.

• À lire aussi: Ensemble Montréal veut offrir gratuitement les produits menstruels dans les édifices municipaux

• À lire aussi: Québec pourrait fournir gratuitement des produits menstruels dans les institutions publiques

• À lire aussi: Produits menstruels gratuits pour les fonctionnaires: «c'est ridicule», clame Bernier

«Le but c’est d’offrir ces produits a des gens qui n’ont pas les moyens de se les procurer», a expliqué Frédérique Lavoie-Gamache, présidente de la commission jeunesse du PLQ

Les tampons, serviettes hygiéniques et autres produits seraient offerts de façon anonyme dans quatre types d’établissements : les lieux d’enseignements publics et privés, les édifices gouvernementaux, les refuges et les prisons.

Le coût total de ces produits représente 5% du budget annuel d’une femme selon la CJPLQ.

Les produits offerts sans frais ne seraient pas tous réutilisables.

«On veut que les alternatives écologiques entrent dans la balance. Mais on ne peut pas obliger les gens à se les procurer si les personnes ne sont pas à l’aise avec ça», a ajouté Frédérique Lavoie-Gamache.

Les jeunes libéraux espèrent que cette proposition fera partie de la plateforme de la cheffe du PLQ Dominique Anglade lors des élections de 2022.

La député indépendante Catherine Fournier avait proposé une mesure similaire en décembre dernier.

Subventions disponibles

Au moins huit arrondissements de Montréal ainsi que plusieurs villes comme Saint-Georges et Saguenay offrent des subventions pour l’utilisation de produits hygiéniques réutilisables.

À Saint-Georges, huit personnes seulement ont eu recours à ce programme depuis son entrée en vigueur en février 2020. La Ville rembourse 50 % de la facture jusqu’à un maximum de 50 $ par demande.

«En plus d’aider ces femmes, il s’agit aussi d’un geste environnemental puisque ça diminue le volume des matières qui sont destinées à l’enfouissement», a expliqué Richard Poulin, chef de la division des communications de la Ville de Saint-Georges.

Dans la même catégorie