/news/coronavirus

Vaccination: le PQ réclame plus de transparence du gouvernement

Periode des questions

Simon Clark/Agence QMI

Le Parti Québécois demande plus de transparence au gouvernement Legault quant au partage des doses de vaccins entre les régions et les groupes prioritaires. « Les vaccins qui arrivent, où vont-ils et à qui on les administre ? », demande le député Joël Arseneau, réclamant la publication d’un plan détaillé.

• À lire aussi: 11 500 personnes vaccinées au stade olympique

• À lire aussi: «Une procédurite pas compatible avec une pandémie!»

Le député des Îles-de-la-Madeleine, critique du PQ en santé, souhaite voir le gouvernement offrir plus de détails sur l’accès aux vaccins. 

Selon lui, le chiffre absolu de gens déjà vaccinés dans chaque région n’est pas suffisant. « Ce n’est pas suffisamment représentatif de la situation ».

Bien jauger l’opération vaccin

« Ils devraient aller plus loin, en toute transparence, et dire le degré d’avancement de la campagne pour chaque catégorie d’âge, dans chaque région. Par exemple, à Montréal, on a donné un nombre X de doses chez les 80 ans et plus, ça représente 80 % de l’objectif, on passe au prochain palier. Ça permettrait de réellement jauger l’avancement de l’opération », croit Joël Arseneau.

Le PQ estime que cette façon de faire permettrait d’éviter un écart entre les régions dans la vaccination des clientèles prioritaires.

« Ça permettrait de comparer. Si on est à 90 % des gens de 80 ans et plus vaccinés dans une région, mais qu’on est à 50 % dans une autre, on pourra rééquilibrer les choses, mais pour ça, l’information doit être disponible », insiste le député.

D’autres l’ont fait

L’opposition demande aussi un échéancier clair au gouvernement pour l’ensemble de sa campagne, comme d’autres l’ont fait. 

« On nous a présenté les priorisations, mais au-delà de ça, c’est très sommaire comme plan de match », critique Joël Arseneau.

L’exemple cité par le député, l’Ontario, a présenté à sa population une ligne du temps avec les différents groupes à vacciner, le nombre de personnes dans chacun et le nombre de doses attendues. 

« Si l’Ontario peut le faire, on le peut aussi. [...] Le gouvernement doit avoir ces chiffres-là en main, reste à les rendre publics », estime M. Arseneau, d’autant plus que François Legault s’est dit cette semaine sensible à la question de la distribution populationnelle des vaccins.

« Le meilleur moyen de le prouver est de présenter ce genre de tableau de bord ».

Dans la même catégorie