/news/politics

Affaire Vance: le Bureau du Conseil privé informé «de mettre certaines choses par écrit»

PHOTO GUILLAUME ST-PIERRE/AGENCE QMI

Un jour après que l’ancien ombudsman de la Défense eut informé le ministre de la Défense d'allégations touchant à l'ancien chef d'état-major Jonathan Vance, quelqu’un a envoyé un courriel au Bureau du Conseil privé (BCP) concernant la nécessité de «mettre certaines choses par écrit».

• À lire aussi: Allégations d’inconduite touchant les Forces armées: les conservateurs demandent une enquête indépendante

• À lire aussi: Le ministre de la Défense dans l’embarras

• À lire aussi: Justin Trudeau réaffirme sa confiance envers le ministre de la Défense Harjit Sajjan

C’est ce qu’a rapporté Global News, samedi, s’appuyant sur des documents obtenus en vertu de la loi d’accès à l’information.

Le courriel, envoyé le 2 mars 2018, était adressé à Janine Sherman, une fonctionnaire du Bureau du Conseil privé. Dans l’objet, on retrouvait le mot «Investigation» (enquête).

«J'ai juste essayé, mais vous êtes bien avisé», a écrit la personne dans une chaîne de courriels évoquant une conversation téléphonique qui était souhaitée et qui n’avait pas encore eu lieu à ce moment-là.

Le 2 février dernier, Global News avait révélé que l’ex-commandant des Forces armées canadiennes (FAC) Jonathan Vance faisait l’objet d’allégations de comportements inappropriés envers deux femmes subalternes, dont l’une aurait porté plainte auprès de l’ombudsman de la Défense Gary Walbourne en 2018.

Le ministre de la Défense Harjit Sajjan est accusé d’avoir fermé les yeux sur cette affaire qui lui a d’abord été rapportée par l’ancien ombudsman Walbourne. C’est en comité parlementaire mercredi que ce dernier a affirmé avoir parlé au ministre Sajjan, il y a de cela trois ans, des allégations entourant Jonathan Vance.

Vendredi, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a réitéré sa confiance envers M. Sajjan. M. Trudeau, pour sa part, a dit avoir été mis au parfum de cette histoire par les médias au début de février.

«Dans cette situation, les autorités n’ont pas reçu l’information nécessaire de l’ombudsman, et donc il n’y avait pas assez d’informations pour suivre avec une enquête plus approfondie», a plaidé le premier ministre en conférence de presse vendredi.

Soulignons que celui qui a remplacé Jonathan Vance à la tête des FAC, en janvier dernier, l’amiral Art McDonald, a démissionné le 24 février après le lancement d’une enquête interne pour des allégations d’inconduite sexuelle.

Dans la même catégorie