/news/culture

Des internautes veulent «canceller» Eminem

US-2020-GETTY-ENTERTAINMENT-SOCIAL-READY-CONTENT

Getty Images via AFP

Le rappeur Eminem victime d’une campagne visant à le «canceller» sur TikTok a répondu à ses détracteurs qui l’accuse d’avoir fait la promotion de la violence conjugale avec la chanson «Love the way you lie», à laquelle il avait collaboré avec Rihanna en 2010. 

De nombreuses vidéos dénonçant le rappeur américain de 48 ans ont été mises en exergue sur le média social très populaire auprès des jeunes, en l’accusant de propos misogynes et violents.

Dans la chanson, l’extrait où il dit : «I know I'm a liar, if she ever tries to f***ing leave again, I'ma tie her to the bed and set this house on fire», a été repris et partagé des milliers de fois. 

«Je sais que je suis un menteur, si elle essaie de f***ing partir encore, je vais l’attacher au lit et mettre le feu à la maison.»

Un usager de TikTok a jugé que ce passage glorifiait la violence conjugale. Un autre internaute rapporte: «Oui! Cancellons Eminem», alors qu’une autre personne souligne : «pas étonnant que je sois toxique, j’ai grandi en écoutant ses chansons!»

@rikiinendou

i cannot psychologically accept that enimem made this song. #fyp #foryoupage #foryou #eminem

♬ FACK by eminem - meez

Le rappeur n’a pas répondu à cette vague de contestation, mais a finalement partagé sur Twitter vendredi une vidéo remontant à 2020 de sa chanson «Tone Deaf», une manière subtile de répondre à la controverse. 

On peut l’entendre dire: «I can't understand a word you say, I'm tone deaf. I think this way I prefer stay, I'm tone deaf. I won't stop even when my hair turns grey, I'm tone deaf. Cause they won't stop until they cancel me.»

« Je ne comprends pas un mot de ce que vous dites, je suis sourd. [...] Je n'arrêterai pas même si mes cheveux deviennent gris, je suis sourd. Parce qu'ils ne s'arrêteront pas tant qu'ils ne m'annuleront pas. »

Plusieurs le défendent    

Plusieurs internautes et admirateurs ont toutefois pris sa défense, faisant l’éloge de son travail et de son talent pour mettre en scène des situations réelles, même si elles sont dures. 

Une jeune Américaine, Cassie Smith, a repris la chanson Forget about Dre en changeant les paroles, en montrant du doigt la génération Z.

Sa vidéo, dans laquelle elle se demande si un jour, la génération Z «qui veut tout canceller», sera «à son tour oubliée» a été vue des centaines de milliers de fois. 

Déjà, lors de sa sortie en 2010, la pièce avait soulevé la controverse. Rihanna avait été accusée par des groupes de femmes de faire la promotion de la violence conjugale, mais de façon involontaire. 

Rihanna elle-même avait été victime de violence conjugale en 2009 aux mains de son conjoint de l’époque, le chanteur et danseur Chris Brown. 

US-ENTERTAINMENT-MUSIC-BROWN-RIHANNA

AFP

En entrevue au moment du lancement de la chanson, elle avait expliqué qu’elle et Eminem avaient vécu la violence conjugale, de façon différente, chacun de leur côté. 

US-THE-MODEL-AS

Getty Images via AFP

«C'était juste authentique. C'était réel. C'était crédible pour nous, mais c'était aussi quelque chose qui devait être fait et la façon dont il l'a fait était si intelligente. Il a pratiquement brisé le cycle de la violence domestique et c'est quelque chose sur lequel beaucoup de gens n'ont pas beaucoup de perspicacité, donc cette chanson est une chanson vraiment, vraiment puissante et elle touche beaucoup de gens», avait-elle raconté en entrevue avec Access Hollywood à ce moment.