/news/politics

Du soutien pour les personnes formées à l’étranger

Le ministre du Travail, Jean Boulet, mise sur la formation pour

Photo Diane Tremblay

Le gouvernement du Québec a annoncé samedi un soutien de 4 millions $ sur quatre ans destiné à aider les personnes formées à l’étranger dans leurs démarches de reconnaissance de leurs qualifications dans la province.

• À lire aussi: Immigration: trois nouveaux projets pilotes entrent en vigueur à compter de la fin mars

• À lire aussi: Le recul du français au Québec: des stages en région pour les immigrants

• À lire aussi: Emploi: les jeunes hommes et les travailleurs à faible revenu en difficulté

Ce projet piloté par le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, porte le nom de Prêts pour la reconnaissance des titres de compétences étrangers (PRTCE).

Il sera ainsi possible de financer les frais d’examens, les formations d’appoint, les cotisations professionnelles ou le matériel de cours des personnes en quête d’une reconnaissance de leurs qualifications au Québec, a-t-on indiqué samedi par voie de communiqué.

Le PRTCE sera accessible pour «tous les résidents permanents, les citoyens canadiens ou les travailleurs étrangers temporaires admissibles aux mesures actives d'emploi, ou toute personne qui s'est vue accorder le statut de réfugié au Canada et qui est légalement autorisée à travailler au Canada».

Les organismes Le Moulin Microcrédits et Microcrédit Montréal, choisis par le gouvernement à la suite d’un appel de projets, analyseront les demandes de prêts et guideront les participants acceptés vers une institution financière qui saura répondre à leurs besoins.

«Cette mesure est importante pour les travailleurs étrangers qualifiés qui ont le désir de contribuer à la vitalité et au dynamisme du Québec. La mesure va permettre aux personnes immigrantes de recevoir un bon coup de pouce pendant leur parcours de reconnaissance», a commenté le ministre Boulet.

Celui-ci a ajouté que ce fonds répondra également aux demandes des entreprises, pour qui la main d’œuvre se fait plus rare. Cela permettra également aux nouveaux arrivants de se greffer plus rapidement à la population active du Canada, croit-on.