/news/currentevents

Le «parrain» des gangs en eaux troubles

Une lutte de pouvoir se dessinerait entre un ambitieux caïd des Rouges et le clan de celui que la police a déjà décrit comme le « parrain » des gangs de rue montréalais, Gregory Woolley.

• À lire aussi: Violents et armés jusqu’aux dents: une épidémie de conflits entre gangs de rue à Montréal

C’est la crainte soulevée par le Service du renseignement criminel du Québec (SRCQ) dans un rapport d’analyse sur le crime organisé provincial en 2020, et que notre Bureau d’enquête a pu consulter.

« Arsène Mompoint est un sujet ambitieux qui dispose de nombreux contacts [et qui] pourrait chercher à prendre davantage de place sur le territoire de Montréal, écrit le SRCQ dans ce rapport. Les ambitions de Mompoint pourraient déranger les plans de certaines figures importantes du crime organisé, comme Gregory Woolley. »     

L’influent Woolley a été emprisonné durant cinq ans pour gangstérisme à la suite de l’opération policière Magot, avant d’obtenir sa libération conditionnelle en novembre dernier. Il doit rester en maison de transition jusqu’à l’automne prochain.

Arsène Mompoint aurait profité de la détention de Woolley pour « se démarquer » et prendre du galon sur l’échiquier du crime organisé, d’après le SRCQ.

Pris pour cible  

Toutefois, Mompoint a été la cible d’une tentative de meurtre en août 2019, quand un tireur l’a atteint d’une balle près d’un hôtel du quartier Saint-Léonard, où la victime s’est réfugiée.

En février de la même année, Frank Pascal Dieudonné, un « proche collaborateur » de Mompoint selon le SRCQ, a quant à lui été assassiné.

Cela fait dire au SRCQ que Mompoint serait « en conflit avec certains représentants du crime organisé », dont « possiblement Gregory Woolley » et « le bras droit » de ce dernier, Jean Winsing Barthelus.

Gregory Woolley

Photo courtoisie

« Dans cette perspective, il faut s’attendre à la commission de nouvelles actions de violence », prévient le SRCQ dans son rapport basé sur des enquêtes et des sources de police issues du milieu criminel.

Surnommé BM, Mompoint est présentement derrière les barreaux où il attend de subir un procès pour complot et trafic de stupéfiants.

Vu avec Scoppa  

Ex-leader des Unit 44, Arsène Mompoint est connu des services policiers depuis le début des années 1990.

Arsène Mompoint sur une photo prise par les policiers en 2016.

Photo courtoisie

Arsène Mompoint sur une photo prise par les policiers en 2016.

Son organisation serait impliquée dans le trafic de drogue, le trafic d’armes, l’extorsion et le racket de protection, d’après le SRCQ.

« Mompoint serait respecté dans le milieu criminel de façon générale, mais surtout auprès des gangs de rue pour lesquels il agit parfois comme médiateur », selon l’agence policière.

Au cours des dernières années, il a notamment été observé par les policiers en compagnie de membres de la pègre lavalloise d’origine libanaise, dont il a déjà été « l’homme de main », d’après le SRCQ.

La police l’a aussi observé, dans le cadre d’une filature en 2016, lors d’une rencontre avec l’ex-chef mafieux Andrew Scoppa, durant une enquête antidrogue dont notre Bureau d’enquête a consulté des éléments de preuve.

Pendant l’opération Magot, les policiers ont enregistré Gregory Woolley et deux leaders du clan Rizzuto dire qu’ils ne faisaient plus confiance à Andrew Scoppa ni à son frère, Salvatore, qu’ils soupçonnaient d’être une taupe de la police.

Les deux frères Scoppa ont été assassinés par balles en 2019.

Père de l’alliance  

Fondateur du gang les Syndicates, Gregory Woolley fut membre d’un club-école des Hells Angels et garde du corps de leur ancien chef, Maurice Mom Boucher, durant la guerre des motards, avant d’être condamné pour avoir comploté des meurtres.

Mompoint (à droite) en compagnie du défunt chef mafieux Andrew Scoppa (à gauche) lors d’une filature policière de ce dernier, en 2016.

Photo courtoisie

Mompoint (à droite) en compagnie du défunt chef mafieux Andrew Scoppa (à gauche) lors d’une filature policière de ce dernier, en 2016.

Au pénitencier, Woolley a côtoyé le défunt parrain de la mafia, Vito Rizzuto, dont il a gagné la confiance. Libéré en 2011, Woolley a orchestré l’actuelle alliance d’affaires entre les motards, la mafia et les gangs de rue.

Les policiers avaient lancé l’enquête Magot après avoir observé Woolley arriver aux funérailles d’un membre des Hells Angels avec l’ex-avocat du clan Rizzuto, Loris Cavaliere, à bord de la rutilante Ferrari de ce dernier.

Encore de la prostitution juvénile  

Cinq des 16 groupes criminels québécois connus des policiers pour leurs activités illégales de proxénétisme ont également recruté de jeunes mineures à des fins de prostitution, en 2020.

C’est la désolante observation faite par le Service du renseignement criminel du Québec (SRCQ) dans un rapport auquel notre Bureau d’enquête a eu accès.

Force est de constater que des bandes criminelles sans scrupules continuent de s’enrichir avec la prostitution juvénile, près de 20 ans après le scandale sans précédent de l’opération Scorpion, par laquelle la police de Québec avait mis au jour un réseau clandestin à la clientèle sélecte, exploité par le défunt Wolf Pack.

Gangs de rue actifs  

« Ce sont les groupes affiliés aux gangs de rue qui sont les plus actifs en matière de proxénétisme. Ils représentent en effet 10 des 16 organisations, soit une proportion de 62 % », selon le SRCQ.

« En matière d’exploi-tation sexuelle, les proxénètes font souvent usage de violence, parfois extrême, envers les femmes sous leur contrôle afin de maintenir leur emprise sur elles », mentionne l’agence policière.

Certains groupes de proxénètes fournissent « gratuitement » leurs escortes en stupéfiants, notamment en cocaïne ou en méthamphétamine, « pour qu’elles puissent travailler durant de plus longues périodes », créant ainsi « des situations de dépendance » chez ces femmes.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.