/news/currentevents

Une conductrice va payer cher sa sortie nocturne

FD-BRIS-AQUEDUC-AUTOROUTE

Photo Agence QMI, Pascal Girard

Une automobiliste devra payer plus de 4000 $ d’amendes après s’être aventurée illégalement, en plein couvre-feu, sur un tronçon d’autoroute fermé en raison d’un bris d’aqueduc samedi matin à Montréal.

• À lire aussi: Montréal: un bris d’aqueduc force la fermeture complète de l’autoroute 40 est

Pour l’instant, la Sûreté du Québec (SQ) n’a remis qu’une contravention à la femme pour sa dangereuse manœuvre sur l’autoroute 40, alors que des travailleurs tentaient de colmater la brèche vers 3 h 45.

« D’autres constats seront rédigés [...] La SQ rappelle aux usagers de la route de respecter la signalisation placée aux abords des chantiers routiers, pour protéger les travailleurs », indique la porte-parole, Marie-Michèle Moore, en précisant qu’il s’agissait du second incident du genre dans la même soirée. 

Plusieurs infractions 

En plus du 1550 $ d’amendes remis sur-le-champ pour non-respect du couvre-feu, la contrevenante devra débourser un montant de 1550 $ pour action imprudente, 490 $ pour entrave – puisqu’elle aurait refusé de s’identifier –, et 540 $ pour avoir circulé sur une route temporairement fermée pour des motifs de sécurité. 

Elle devra aussi payer les frais de remorquage du véhicule en zone exclusive.

Le bris d’aqueduc survenu tôt samedi matin a forcé la fermeture d’un tronçon sur la Métropolitaine en direction est, entre les boulevards L’Acadie et Saint-Laurent, durant toute la journée. 

Selon le ministère des Transports du Québec (MTQ), une quantité importante d’eau s’est accumulée sur la chaussée au point de causer un trou dans celle-ci.

Les autorités ont ensuite installé un barrage routier sur les voies rapides de l’autoroute pour fermer la circulation, mais cela n’a pas empêché la conductrice téméraire de s’engager dans la zone interdite. Sa trajectoire s’est arrêtée brusquement puisque le véhicule s’est retrouvé dans le trou creusé par le bris d’aqueduc. 

Conduite vieille de 64 ans

Le porte-parole de la Ville de Montréal, Philippe Sabourin, a affirmé que la cause du bris d’aqueduc sera déterminée au cours des prochains jours. 

« Pour l’instant, on ignore toujours ce qui a causé la fuite d’eau d’une conduite de 12 pouces. L’aqueduc date de 1957 et il est fait de fonte. Ce qui est une très bonne nouvelle parce qu’on a des pièces de rechange », explique M. Sabourin. 

La Ville de Montréal a constaté samedi avant-midi que la fuite provenait d’une conduite située à l’intersection de la rue Jeanne-Mance et du boulevard Crémazie. 

La circulation devait être de nouveau permise dimanche.

- En collaboration avec Roxane Trudel et l’Agence QMI