/news/world

Une large majorité de Canadiens pour la fermeté envers Pékin

Une large majorité de Canadiens approuve l'adoption par le Parlement d'une motion qualifiant de «génocide» le traitement par la Chine de sa minorité ouïghoure et serait favorable au déplacement des Jeux olympiques d'hiver de Pékin en 2022, selon un sondage.

• À lire aussi: L’ambassade de Chine en furie contre le Canada

• À lire aussi: Ottawa talonné sur le «génocide» ouïghour en Chine

Une étude de l'institut Nanos pour le quotidien The Globe and Mail, rendue publique dimanche en fin de journée, indique que 83% des personnes interrogées sont favorables ou assez favorables à la motion du Parlement canadien.

Les députés canadiens avaient adopté fin février une motion non contraignante reconnaissant que «les Ouïghours en Chine ont été et sont soumis à un génocide», suscitant la colère de Pékin.

Le premier ministre Justin Trudeau et son gouvernement s'étaient abstenus lors du vote de la Chambre des Communes.

Une majorité de Canadiens, 59%, désapprouve la décision de M. Trudeau et de son cabinet de s'abstenir, selon l'étude.

«Il est clair que les Canadiens estiment qu'il s'agit d'un génocide et sont prêts à une attitude de fermeté face au gouvernement chinois», note Nik Nanos, dirigeant de l'institut qui porte son nom.

L'étude montre également que 70% des personnes interrogées sont favorables aux efforts d'organismes de défense des droits de la personne pour délocaliser les Jeux d'hiver de Pékin.

62% seraient en outre en faveur de sanctions économiques conjointes avec Washington contre des dirigeants chinois impliqués dans le traitement des Ouïghours.

Les relations entre Ottawa et Pékin traversent une crise sans précédent depuis l'arrestation, fin 2018, en Chine de l'ex-diplomate canadien Michael Kovrig et de son compatriote Michael Spavor, accusés d'espionnage.

Leur détention est considérée en Occident comme une mesure de rétorsion après l'arrestation quelques jours plus tôt, à la demande des États-Unis, de la directrice financière du géant chinois Huawei, Meng Wanzhou, lors d'une escale à l'aéroport de Vancouver.

Le sondage a été réalisé auprès d'un échantillon de 1.000 personnes entre le 29 février et le 4 mars, avec une marge d'erreur de 3.1%. 

Dans la même catégorie