/news/world

Deux juristes nommés pour enquêter sur les accusations visant le gouverneur de New York

La procureure de l'État de New York a nommé lundi deux juristes indépendants pour enquêter sur les accusations de harcèlement sexuel visant le gouverneur Andrew Cuomo, tandis que des élus amorçaient une procédure de destitution contre lui.

Dans un communiqué, la procureure Letitia James a annoncé avoir choisi un ex-procureur fédéral, Joon Kim, et une avocate spécialiste des questions de discrimination au travail, Anne Clark, pour enquêter sur les accusations de harcèlement sexuel et de comportement inapproprié émises par cinq femmes depuis le 24 février.

« Cette équipe est chargée de mener une enquête complète et indépendante sur les allégations de harcèlement sexuel visant le gouverneur, les circonstances qui les entourent, et la façon dont son cabinet a géré ces dossiers », a souligné la procureure.

Les deux juristes rendront compte chaque semaine de leurs travaux à la procureure, a-t-elle ajouté, sans fixer de durée pour l'enquête.

Ces nominations interviennent alors que les appels à destituer le puissant gouverneur démocrate montent. M. Cuomo a de nouveau, dimanche, rejeté l'idée d'une démission.

Au pouvoir depuis 10 ans, un temps vu comme un héros en pleine pandémie, le gouverneur de 63 ans, également accusé d'avoir dissimulé le nombre de morts du coronavirus dans les maisons de retraite, est de plus en plus isolé.

Même les leaders démocrates du Parlement de l'État de New York ont rejoint dimanche le camp de ceux qui estiment qu'il doit s'en aller.

Dans ce contexte, les chefs républicains de la chambre basse du Parlement new-yorkais, minoritaires, ont annoncé lundi l'introduction d'une résolution de destitution.

« Il est de plus en plus évident que, peu importe les auditions et enquêtes, le vrai problème est que le gouverneur a perdu tellement de crédibilité et de confiance que nous pensons qu'il ne peut pas continuer à gouverner », a affirmé lundi Will Barclay, leader républicain de la chambre basse.

Pour qu'une telle procédure aboutisse, il faudrait qu'une majorité des 150 élus de la chambre basse vote en faveur d'une mise en accusation.

Suivant un modèle proche des procédures en destitution d'un président américain, un procès serait alors organisé devant les sénateurs et les sept juges de la Cour d'appel de l'État de New York.

Si une majorité des deux tiers votait pour révoquer le gouverneur, c'est sa colistière et « lieutenante » de l'État, la démocrate Kathy Hochul, qui assumerait la charge de gouverneur jusqu'à l'élection de novembre 2022.

Dans la même catégorie