/news/coronavirus

Masque à l’école : «Il ne faut pas amener l’enfant au cœur de ses conflits»

La Fédération des syndicats de l’enseignement juge que les enfants ne devraient pas être pénalisés autour du débat entourant l’obligation du port du masque de procédure dans les écoles du Québec.

• À lire aussi: Les variants forceront-ils de nouvelles campagnes de vaccination?

Informée que de nombreux parents veulent garder leurs enfants à la maison plutôt que de leur faire porter un masque à l’école, Josée Scalabrini, la présidente de l’organisation, juge que ces débats ne devraient pas atteindre les enfants. 

«Moi, j’ai le goût de dire qu’il ne faudrait pas pénaliser les enfants pour des débats que les adultes n’ont pas fini d’avoir. C’est très important d’avoir nos élèves à l’école et j’espère qu’on va permettre aux enfants d’être à l’école avec les enseignants», a-t-elle expliqué sur les ondes de LCN. 

«Un enfant c’est résilient, ça s’habitue quand même rapidement à une nouvelle donne. Donc, si on se met tous ensemble et qu’on explique c’est pour un temps et que c’est pour la sécurité de tout le monde, je pense que l’élève, il va comprendre», insiste-t-elle.

«Comme l’enseignant, il ne trouve pas cela agréable, comme l’enseignant, ce n’est pas ce qu’il souhaiterait», précise-t-elle, en ajoutant que les consignes de la santé publique seront respectées. 

«Si on a des reproches à se faire, c’est entre adultes qu’on se les fera! Il ne faut pas amener l’enfant au cœur de ses conflits ou interrogations». 

Néanmoins, elle juge que les enseignants devraient être vaccinés en priorité, pour ceux qui le veulent. 

«On ne comprend toujours pas si on est un service essentiel, alors que depuis le début que nos écoles sont un service essentiel! Pourquoi le personnel des écoles, les enseignants ne sont pas en priorité pour recevoir ceux qui le veulent le vaccin», s’interroge-t-elle. 

Plus de 2500 parents ne voulaient pas envoyer pas leurs enfants à l’école au retour de la relâche en guise de protestation contre le port du masque obligatoire pour les étudiants d’âge primaire.

Un grand nombre de familles ont signifié leur intention de garder leurs enfants chez eux au moins trois jours dès lundi, selon le Collectif-Parents Québec.

L’organisme a indiqué par communiqué, samedi, que le «port du masque dans les écoles primaires ne passe tout simplement pas et constitue la goutte qui fait déborder le vase» et «qu’il causera de nouveaux préjudices à nos enfants».

Dans la même catégorie