/news/society

Témoignage percutant d'une victime de violence conjugale

En un seul mois au Québec, cinq femmes ont été assassinées dans un contexte de violence conjugale, des cas qui préoccupent une survivante, qui appelle les victimes à quitter leurconjoint et à le dénoncer en ce 8 mars. 

• À lire aussi: Des mesures concrètes réclamées pour prévenir les féminicides

• À lire aussi: Agressions sexuelles: les femmes locataires prisonnières de leur logement

Nancy Boucher a vécu quatre années d’enfer avec son ex-conjoint toxique. La dame de Sainte-Sophie dans les Laurentides a raconté son histoire à TVA Nouvelles. 

Mme Boucher, prise au piège dans le cycle de la violence conjugale, a subi des voies de fait particulièrement violentes.

«C’était des coups de tête, des coups de poing. Pour l’événement qui s’est passé en juillet, l’été passé, j’ai eu un étranglement et des voies de fait quand même assez importants», explique-t-elle courageusement. 

Elle se remémore avoir craint pour sa vie. 

«Il y a avait la piscine à côté aussi, il y avait la toile et je me voyais et je me disais ‘’il va me mettre dans le fond de la piscine’’.»

Elle soutient qu’il n’est pas facile pour une femme de quitter un conjoint violent, parce que certains sont de très bons manipulateurs. 

«Ces hommes-là, autant ils peuvent être méchants, autant ils peuvent être bons et doux. Les bons moments sont tellement bons qu’on pardonne. Ce sont des hommes qui sont beaucoup manipulateurs, ils savent comment jouer», soutient Nancy Boucher. 

N’empêche, elle invite les femmes à s’écouter et à être alertes au moindre signal d’alarme. 

courtoisie

«Il faut vraiment partir dès qu’il y a des petites lumières qui s’allument. Il faut s’en aller, sinon ça ne fait qu’escalader», assure-t-elle. 

Son ex-conjoint Johnathan Blanchet est détenu depuis quelques mois il doit recevoir sa peine prochainement. Les faits reprochés se sont déroulés dès le 1er janvier 2020 jusqu'en août ce la même année. 

Des milliers d’appels à l’aide     

Le nombre d’appels à l’organisme SOS Violence conjugale a bondi depuis le 1er avril 2020. Près de 36 567 appels ont été faits auprès de l’organisme de soutien qui peut en traiter jusqu’à 200 par jour. 

Pour l’année 2019-2020, 33 000 appels avaient été logés auprès de l’organisme, et moins de 25 000 au cours des cinq années précédentes.    

Pour demander de l'aide   

SOS VIOLENCE CONJUGALE 1 800 363-9010 — 24/7

https://sosviolenceconjugale.ca/fr

Dans la même catégorie