/news/coronavirus

Une réouverture des restos plus qu’attendue

Les propriétaires de restaurants qui étaient dans leurs derniers préparatifs avant de pouvoir retrouver leurs clients espèrent ne pas devoir trop jouer la police avec les visiteurs des zones rouges.

« On est vraiment content d’ouvrir, on est fébrile aussi parce qu’on a perdu l’habitude. Mais c’est une réouverture qui vient avec une charge, car on ne veut pas jouer à la police, et une épée de Damoclès au-dessus de la tête, parce qu’on a peur de refermer cet été », explique Freddy Durrenberger, propriétaire du restaurant L’Ami Fritz, situé à Bromont dans la région sociosanitaire de l’Estrie.

• À lire aussi: Zone orange: «Soyez respectueux», demande le maire de Bromont

• À lire aussi: La Mauricie de retour en zone orange

Pour lui comme pour plusieurs restaurateurs, la réouverture des salles à manger était attendue depuis plusieurs mois. Mais ce retour en zone orange s’accompagne cette fois d’une nouvelle mission : celle de contrôler les preuves de résidence. Car seuls les citoyens qui habitent en zone orange ont le droit de venir manger sur place, bien que de nombreux touristes et amateurs de plein air du grand Montréal s’y rendent souvent.

« Dans la région, on a quand même beaucoup de gens qui ont des chalets, qui peuvent venir de Montréal et qui peuvent nous montrer une facture d’Hydro. On ne peut pas vérifier absolument tout », ajoute M. Durrenberger.

Respect  

De son côté, Michel Malo, copropriétaire des restaurants Bistro M. et La Selva à Bromont, abonde dans le même sens. Il pense cependant qu’après plusieurs vagues de fermeture, les clients seront beaucoup plus compréhensifs et respectueux.

Thalissa Gailloux et Miche Malo, propriétaires du restaurant-pizzeria La Selva, à Bromont, ont hâte d’accueillir les clients dans leur établissement qui a ouvert ses portes 13 jours après le passage de la région en zone rouge en novembre dernier

Photo Martin Alarie

Thalissa Gailloux et Miche Malo, propriétaires du restaurant-pizzeria La Selva, à Bromont, ont hâte d’accueillir les clients dans leur établissement qui a ouvert ses portes 13 jours après le passage de la région en zone rouge en novembre dernier

« Là où on est rendu, il n’y a personne qui veut retourner en arrière donc je crois que les gens vont être plus respectueux », ajoute-t-il.

Le maire de la ville de Bromont, Louis Villeneuve, implore d’ailleurs les touristes qui viennent des zones rouges de respecter les mesures sanitaires.

« La règle est claire. Ils doivent suivre les mêmes règles qu’ils ont dans leur code de couleur, c’est-à-dire les régions rouges, notamment pour les restaurants », a-t-il déclaré dimanche en entrevue à Salut Bonjour.

Déjà complet  

Mais une chose est sûre, les clients sont déjà au rendez-vous puisque la plupart des restaurants ont déjà de nombreuses réservations.

À Sherbrooke, la propriétaire du restaurant Auguste, Anik Beaudoin, affirme même afficher complet pour les trois premiers jours.

« Le point de presse n’était même pas fini que le téléphone sonnait déjà pour des réservations, les trois premiers soirs d’ouverture ont été bookés en même pas une journée », se réjouit Mme Beaudoin, qui a hâte de revoir ses clients qui l’ont accompagnée à travers tous les mois de fermeture. 

Retour en forme  

Photo Didier Debusschère

« Ménage, ménage, ménage, c’est Spic & Span », lance Renaud Beaudry, vice-président d’Éconofitness, montrant les installations de Place de la Cité (sur la photo). « On a ajouté du personnel pour s’assurer que les mesures soient respectées », dit-il, à quelques heures de la réouverture de 13 gyms dans quatre régions du Québec. 

À Sherbrooke, Marc Jalbert, propriétaire des salles d’entraînement Maxi Club, a hâte de déverrouiller ses portes ce matin à 5 h 45.

« C’est excitant pour nous, et c’est aussi un soulagement pour nos clients de pouvoir enfin retrouver leur gym », souffle-t-il.

Elsa Iskander et Clara Loiseau 

Consignes révisées à Notre-Dame-du-Cap  

GEN-COVID-REOUVERTURE-MAURICIE

Photo Agence QMI, Eddy Verbeeck

Le sanctuaire Notre-Dame-du-Cap à Trois-Rivières est fin prêt à accueillir ses fidèles. Tout a été balisé à l’aide de rubans qui interdisent l’accès à une rangée sur deux, afin de faire respecter les deux mètres de distanciation sur 360 degrés. « On pourra recevoir 100 personnes dans la cathédrale. On a donc mémorisé ce que nous avions fait lors de la dernière période en zone orange », explique le père Wedner Bérard, directeur de l’accueil, qui a retiré l’ancienne affiche limitant à 25 le nombre de visiteurs. Dans l’église, il faut suivre le droit chemin lors de la communion : on arrive par la nef et on repart sur les côtés. Les bénitiers sont vides.

– Eddy Verbeeck, Agence QMI