/news/world

Le Japon commémore les dix ans de la triple catastrophe de mars 2011

Le Japon commémore jeudi le dixième anniversaire de la triple catastrophe du 11 mars 2011 (séisme, tsunami et accident nucléaire), qui a traumatisé durablement toute la nation.

• À lire aussi: Dix ans après Fukushima, «aucun effet néfaste sur la santé», d'après l'ONU

• À lire aussi: Levées d'alertes au tsunami après des évacuations massives à travers le Pacifique

Le lourd bilan humain de près de 18 500 morts ou disparus a été causé principalement par un gigantesque tsunami, dont les vagues hautes comme des immeubles se sont abattues sur les côtes du Nord-est japonais peu après le tremblement de terre de magnitude 9,0.

L'accident nucléaire qui a suivi à la centrale de Fukushima Daiichi, envahie par les flots, où les coeurs de trois des six réacteurs sont entrés en fusion, a rendu des villes entières inhabitables pendant des années à cause des radiations et forcé des dizaines de milliers de personnes à partir.

AFP

Il s'agissait du pire accident nucléaire depuis celui de Tchernobyl (Ukraine) en 1986.

À Hisanohama, dans la ville côtière d'Iwaki (département de Fukushima), Toshio Kumaki, 78 ans, s'est recueilli jeudi au lever du jour sur le mur anti-tsunami en béton construit après 2011.

«Je viens marcher ici tous les matins, mais aujourd'hui, c'est un jour spécial», a-t-il dit en priant en direction du soleil levant.

De nombreuses cérémonies publiques et privées sont prévues dans la région, ainsi qu'à Tokyo, et une minute de silence doit être observée à 14H46, l'heure précise du séisme de 2011, l'un des plus violents jamais enregistrés dans le monde.

À Miyagi, l'un des trois départements du nord-est les plus meurtris, des opérations de recherche sont organisées par des habitants qui espèrent encore retrouver un être cher.

Les chances peuvent sembler minces, mais les restes d'une femme emportée par le tsunami d'il y a dix ans ont été identifiés la semaine dernière, libérant son fils d'une insoutenable incertitude et lui permettant, enfin, de faire son deuil.

AFP

Un tremblement de terre de magnitude 7,3 est venu rappeler le 13 février dernier les risques sismiques permanents au large du Japon. Plus d'une centaine de personnes avaient été blessées dans ce séisme, considéré comme une lointaine réplique de celui de 2011.

Jeudi, à Tokyo, toujours sous état d'urgence face à la pandémie, des cérémonies d'ampleur restreinte sont prévues au Théâtre national du Japon, où l'empereur Naruhito et le premier ministre Yoshihide Suga doivent prononcer des allocutions.

Le coronavirus pèse aussi sur d'autres commémorations, comme à Taro (département de Miyagi), où les habitants ont l'habitude de se recueillir en haut du mur anti-tsunami, les mains jointes, mais, cette année, ils appliquent la distanciation physique.

AFP

Ces commémorations se tiennent seulement deux semaines avant le départ prévu, à Fukushima, du relais de la flamme olympique pour les JO de Tokyo-2020, baptisés «Jeux de la reconstruction».

L'ombre de la pandémie plane sur l'événement, reporté à cette année, mais gouvernement japonais et organisateurs espèrent que le relais permettra de recentrer l'attention sur cette région meurtrie.

Nayuta Ganbe, un étudiant de Sendai, capitale du département de Miyagi, s'exprime régulièrement lors d'événements sur le thème de la prévention des catastrophes, puisant dans son expérience personnelle du tsunami.

Mais il préfère d'habitude se recueillir en privé le 11 mars. «C'est le jour où j'ai perdu mes camarades de classe. Des gens sont morts sous mes yeux. C'est un jour que j'espère ne jamais avoir à revivre», confie le jeune homme aujourd'hui âgé de 21 ans.

AFP

Cette année cependant, il doit participer à une cérémonie: «Exactement 10 ans après, j'espère faire face à la catastrophe avec une nouvelle perspective».

Pour beaucoup, cet anniversaire est l'occasion d'un moment de réflexion personnelle sur un drame national encore douloureusement présent avec toujours des dizaines de milliers de personnes déplacées et 2% de la superficie de Fukushima en zone interdite.

Le pasteur Akira Sato, qui prêchait dans plusieurs églises et chapelles baptistes encore aujourd'hui en zone interdite, doit se rendre dans l'un de ces lieux abandonnés pour se recueillir.

«Mon épouse et moi-même allons réfléchir en silence sur les jours de la catastrophe et offrir une prière», a-t-il déclaré à l'AFP au début du mois.