/finance/homepage

Le taux directeur ne bouge pas

Photo d'archives

La Banque du Canada a été fidèle à ses promesses en gardant le taux directeur à sa valeur plancher de 0,25 %, mercredi, même si elle est plus optimiste concernant les perspectives économiques.

Ce taux demeure donc le même depuis trois réductions effectuées en mars 2020 au début de la crise sanitaire de la COVID-19.

La banque centrale a toutefois affirmé que les économies mondiale et canadienne reprenaient du poil de la bête. Elle s’attend à ce que le PIB soit en hausse au premier trimestre de 2021, contrairement à la projection de janvier qui anticipait un léger repli.

«Au Canada, l’économie se montre plus résiliente que prévu face à la deuxième vague du virus et aux mesures sanitaires connexes. Même si l’activité continue d’être freinée dans les secteurs où la distanciation est difficile, des données récentes semblent indiquer que la reprise se poursuit dans le reste de l’économie», a-t-elle mentionné par communiqué.

L’institution fédérale a noté que le PIB a augmenté de 9,6 % au dernier trimestre de 2020, notamment en raison d’une forte accumulation des stocks. Elle a souligné la vigueur du marché immobilier qui est plus prononcée que prévu. La Banque du Canada a également dit que les exportations canadiennes devraient profiter de la hausse de la demande étrangère et des prix plus élevés des produits de base.

Elle émet toutefois certains bémols. Il y a évidemment l’évolution de la COVID-19, particulièrement des variants. Il y a aussi l’emploi.

«Le marché du travail est loin d’être rétabli, car l’emploi est encore bien en deçà des niveaux d’avant la pandémie. Les travailleurs à faible salaire, les jeunes et les femmes ont été les plus durement touchés par les pertes d’emploi», a précisé la réserve centrale.

Hausse de l’inflation

L’inflation reste faible, mais est appelée à remonter dans les prochains mois, selon la Banque du Canada.

«Cette hausse attendue de l’inflation mesurée par l’indice des prix à la consommation reflète les effets de glissement annuel des fortes baisses de prix de certains biens et services au début de la crise il y a un an, combinés aux prix plus élevés de l’essence dus à la récente montée rapide des prix du pétrole», a-t-elle déclaré.

L'inflation devrait ensuite se stabiliser, puisque les capacités excédentaires exerceront toujours des pressions à la baisse. L’inflation devrait donc se maintenir entre 1,3 et 2 %.

La Banque a réitéré que le taux directeur sera maintenu à 0,25 % jusqu’à l’atteinte de la cible d’inflation de 2 %, ce qui ne devrait pas survenir avant 2023.

Elle a mentionné qu’elle poursuivra sa politique visant à favoriser l’injection de liquidités dans le système financier avec son programme d’assouplissement quantitatif. «Les achats dans le cadre de ce programme se poursuivent au rythme actuel d’au moins 4 milliards de dollars par semaine», a-t-elle affirmé.

La prochaine révision de son taux directeur aura lieu le 21 avril prochain.