/finance/homepage

Une période très occupée pour les acériculteurs

Malgré la pandémie, les acériculteurs sont très occupés grâce à l’initiative macabanealamaison.com à laquelle participent 70 érablières du Québec. 

• À lire aussi: Sauver nos cabanes à sucre: un projet de société

• À lire aussi: Les cabanes à sucre toujours dans le flou

C’est le cas de l’érablière Maurice Jeannotte, située à Saint-Marc-sur-Richelieu et établie depuis quatre générations. 

En entrevue à TVA, les propriétaires ont affirmé rouler au maximum de sa capacité. Pour être en mesure de livrer 125 repas par jours, ils doivent travailler 24 h sur 24 h.

« C’est exceptionnel. La réponse des clients est wow », explique Charles Monahan, un des propriétaires de l’érablière. 

Avec la saison des sucres annulée l’an dernier, le projet Ma cabane à la maison représente une chance unique de rattraper les ventes. 

C’est particulièrement vrai chez Maurice Jeannotte. Il y a deux ans, l’érablière a été victime d’un incendie. 

La pandémie n’a pas aidé la situation, et les propriétaires peinent à trouver du financement. 

L’érablière qui peut habituellement produire quatre fois plus de repas, voit donc le projet Ma cabane à la maison comme une occasion en or. 

Les retombées économiques totales du projet au Québec sont estimées à 10 millions de dollars sur une période de 8 semaines. 

Dans la même catégorie