/news/politics

Le PLQ retire son appui au projet GNL-Québec

La cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, a annoncé jeudi qu’elle n’appuie plus le projet d'usine de liquéfaction de gaz naturel de l’entreprise GNL Québec au Saguenay.

• À lire aussi: Manifestations contre le projet GNL

• À lire aussi: Petite séduction de 2 millions $ au Saguenay

« Malheureusement, les conditions pour assurer la réussite de ce projet ne sont pas réunies », a-t-elle expliqué à une semaine de la publication du rapport du Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE) au sujet des impacts de ce potentiel complexe industriel.

Elle a notamment justifié cette position par l’absence « d’acceptabilité sociale » au projet de GNL-Québec.

Son prédécesseur, l’ex-chef libéral Philippe Couillard, en avait pourtant vanté les mérites pendant la dernière campagne électorale, en 2018.

Écoutez l'analyse de Caroline St-Hilaire et d'Antoine Robitaille avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio: 

Le premier ministre, François Legault, a répété que l’opposition « défonçait une porte ouverte » en s’opposant au projet puisque ses promoteurs n’ont toujours pas trouvé les fonds nécessaires à sa concrétisation.

Son ministre de l’Environnement, Benoit Charrette, doit rendre public le rapport du BAPE sur le projet de GNL-Québec au plus le 25 mars prochain.

Rappelons que cette initiative comporte deux volets. Le projet Gazoduq qui prévoit la construction d’un gazoduc de 750 km qui, depuis l’Ontario, transporterait du gaz naturel provenant de l’Ouest canadien jusqu’à Saguenay, ainsi que le projet GNL qui consiste en une usine de liquéfaction et un port méthanier à Saguenay.

Le gaz naturel liquéfié serait ensuite transporté par bateau vers l’étranger.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.