/news/society

Quelques centaines de personnes marchent pour le climat à Montréal

Quelques centaines de manifestants ont pris les rues à Montréal vendredi après-midi pour dénoncer l’inaction des gouvernements dans la lutte aux changements climatiques.

• À lire aussi: Le chef des conservateurs canadiens, Erin O'Toole, mise sur le changement climatique

• À lire aussi: Des centaines de personnes marchent pour le climat à Sherbrooke

• À lire aussi: Les feux en Australie ont projeté autant de fumée dans la stratosphère qu’une éruption volcanique

«Je trouve ça révoltant qu’on puisse même envisager un projet comme GNL Québec en 2021, avec tout ce qu’on sait sur la crise climatique», se désolait Francis Lussier-Charron, qui s’était déplacé pour l’occasion.

Il n’était pas le seul sur place à s’opposer à GNL Québec : les pancartes brandies par Suzanne Fortin et François Lépine étaient aussi claires à ce sujet.

«GNL c’est juste une façon d’augmenter la quantité [de GES] qu’on va mettre dans l’atmosphère. C’est inacceptable qu’on se laisse faire, il faut absolument qu’on pense aux générations suivantes», s’indignait M. Lépine.

Inquiets pour l’avenir

Plusieurs jeunes prenaient part à la manif.

«Je fais partie de ces jeunes qui se posent vraiment la question à savoir si on va connaître la retraite et qui s’inquiètent du futur de tout le monde», faisait valoir Thomas Lecuyer, 33 ans. Sa pancarte portait la mention «J’ai peur», à côté du dessin d’une planète en feu. «On commence à être à bout de solutions.»

«Il y a encore beaucoup de changements à faire et on n’a pas encore gagné la bataille. Il faut changer ça au plus vite», expliquait pour sa part Valérie Éthier, dont la pancarte prônait le véganisme.

Outre les questions environnementales, les enjeux sociaux étaient aussi au cœur des revendications des manifestants présents.

«Le racisme systémique et la discrimination de tout genre, il est urgent d’y mettre fin immédiatement. Parce que c’est notre environnement à tous qu’on doit défendre», a scandé lors d’un discours Aimé Claude, de Debout pour la dignité, sous les cris d’encouragement de la foule.

Manif calme

C’est sous un ciel bleu que les manifestants ont commencé à défiler, vers 16h, dans les rues de la métropole. L’ambiance était très festive; des personnes de tous âges et de tous les horizons étaient réunies. Des percussionnistes se chargeaient d’agrémenter l’ambiance générale.

La manifestation s’est déroulée dans le calme et les policiers étaient bien présents, autant à vélo qu’à cheval, pour surveiller le déplacement de la foule.

Vers 18 heures, les participants ont commencé à se dissiper tranquillement.

Simultanément, des rassemblements avaient lieu dans les villes de Québec et Sherbrooke.

Des manifestations du même genre se tenaient aussi dans d’autres pays à travers le monde vendredi, notamment en France, en Belgique, en Allemagne, en Ouganda et au Pakistan.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.