/news/coronavirus

Un nouveau «variant invisible» a fait 7 victimes

Un variant «silencieux» découvert en Bretagne, présente une signature bien particulière. S’il n’est officiellement pas plus mortel ou contagieux, il est «invisible» lorsqu’il est temps de le détecter, rapporte la spécialiste en santé de LCN, Diane Lamarre.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: Vaccin AstraZeneca: les bénéfices l'emportent sur les risques, dit l'OMS

«Il y a 4000 variants qui circulent actuellement sur la planète qui sont reconnus par l’OMS et qui sont sous surveillance», explique la pharmacienne. 

Si plusieurs ne sont pas plus dangereux, le variant breton puise sa force dans son caractère «invisible». 

«Une dizaine de patients bretons ont commencé à avoir des symptômes de la COVID, mais leur test est revenu négatif, un test PCR, le super-test naso-pharyngé que l’on fait. Finalement, au bout de quelques jours, 79 personnes étaient infectées par le virus», rapporte Mme Lamarre. 

Dans leur enquête sur les cas, les autorités sanitaires sont arrivées à la conclusion qu’il s’agissait d’un nouveau variant.

«Il ne serait pas plus transmissible, mais il aurait quand même cette capacité d’échapper au processus de dépistage par PCR, considéré comme la référence la plus fiable. Le virus pourrait avoir développé au niveau de la mutation une séquence qui ferait en sorte que le test ne le dépisterait plus», précise la professeure de l’Université de Montréal. 

La seule manière pour le moment pour dépister ce variant est de le faire par séquençage, un processus qui demande au minimum 24 heures (au Québec) ralentissant considérablement la course contre sa propagation. 

«Malheureusement, au moins sept patients sont morts en lien avec ce variant». 

La difficulté à détecter ce variant a poussé les autorités sanitaires à le classer « sous surveillance », c’est-à-dire dans la catégorie VUI (variant under investigation) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Il n’est toutefois pas classé dans la catégorie des variants inquiétants (VOC : variant of concern). À ce stade, seuls trois variants sont considérés comme particulièrement préoccupants, les variants anglais, sud-africain et brésilien, notamment pour leur caractère potentiellement plus transmissible.

***Écoutez son intervention complète dans la vidéo ci-dessus. ***

Dans la même catégorie