/regional/montreal/montreal

«J’ai pris Veronica dans mes bras et je me suis mis à courir»

Charbel Saliba, le meilleur ami de Veronica Gashi, cette adolescente qui a perdu la vie à cause d’une course de rue, a vécu un véritable cauchemar samedi soir. En quelques minutes à peine, une véritable tragédie s’est jouée sous ses yeux.

• À lire aussi: Morte en voulant aider

Parti vérifier l’état de deux personnes impliquées dans un accident sur l’autoroute 40, à Montréal, le jeune homme avait demandé à la jeune fille de rester à bord du véhicule puisqu’il avait «peur qu’elle soit fauchée par une voiture», raconte-t-il en entrevue à TVA Nouvelles.

«Au moment où je me tourne le dos, tout ce que j’entends c’est un bruit de moteur. Je n’ai pas vu l’auto venir. Elle a frôlé l’auto juste à côté de moi. L’auto a failli revoler sur nous», se remémore Charbel Saliba.

«Ensuite, tout ce que je vois c’est l’auto déraper. Dans ma tête, ç’a s’est passé en ''slow motion''. J’ai vu qu’elle se dirigeait vers mon auto où Veronica était. Ça l’a frappé l’auto fort», ajoute-t-il.

Mais en vérité, la scène s’est déroulée à vitesse grand V. Et Charbel ne savait plus quoi faire.

«Je me suis mis à courir, à crier comme un fou, à pleurer. J’ai viré fou. Je suis arrivée à la fenêtre. Il y avait de la fumée. Il y avait du feu», détaille-t-il.

L’impact a été si grand que le coffre arrière de la voiture a été enfoncé jusqu’à la banquette arrière de la voiture, dit-il.

«La seule partie de l’auto qui restait, c’est elle. J’ai regardé pas la fenêtre, elle avait sa ceinture de sécurité, les clés dans la main, la tête [inclinée]. Elle était inconsciente. Il y avait du sang qui tombait», énumère-t-il la gorge nouée d’émotions.

Photo Agence QMI, Thierry Laforce

Avec l’aide d’un homme qui s’était à son tour arrêter sur place pour prêter main-forte, Charbel Saliba est parvenu à ouvrir la porte et extirper Veronica de la voiture. 

«J’ai pris Veronica dans mes bras et je me suis mis à courir. Trois ou quatre secondes plus tard, l’auto explose derrière moi. Il y avait de la fumée partout, je ne voyais rien», raconte-t-il.

Au bout d’un moment, Charbel et l’homme embarquent le corps de l’adolescente dans sa voiture et ils prennent la direction de l’hôpital le plus près. Mais les ambulanciers arrivent sur place dans les instants qui suivent. Ils décident de s’arrêter pour qu’ils puissent lui procurer des soins.

Charbel Saliba indique à ce moment avoir entrepris des manœuvres de réanimation cardiaque. L’adolescente de 15 ans succombera à ses blessures dans les instants qui ont suivi.

Photo Agence QMI, Thierry Laforce

«Ils ont pris une couverture et l’ont mis [sur elle]. J’ai viré fou. Il y a quelques minutes j’avais pris son pouls, elle avait une chance [de s’en sortir]. Quand on faisait les massages, j’entendais qu’elle essayait de respirer», mentionne le jeune homme.

Dans un moment de désespoir, Charbel s’est précipité vers la dépouille appelant à l’aide malgré tout. 

«Je l’ai pris dans mes bras, j’ai commencé à l’embrasser», lance-t-il. Mais c’était trop peu trop tard.

Dans la même catégorie