/finance/homepage

Bond du prix de l'acier: les fabricants de glissières écopent

Le prix des pièces d'acier qui a bondi de 75 % ces derniers mois frappe de plein fouet les installateurs de glissières de sécurité et d'atténuateurs d'impact qui jalonnent les routes et autoroutes.

Malgré la hausse, des entrepreneurs vont devoir honorer en 2021 des contrats obtenus depuis 2018 sur la base de la valeur courante de l'acier et ainsi être confrontés à des manques à gagner de plusieurs centaines de milliers de dollars.

«Présentement, on fait face à des hausses énormes pour lesquelles on n'a pas le contrôle. Il y a rareté. Nos fournisseurs nous donnent des prix pour des quantités minimes et il faut acheter sur le moment. On ne peut pas contrôler les prix et faire des soumissions dans cette situation. On ne peut pas savoir quel prix on va payer l'acier. Ça augmente de jour en jour», a expliqué Steve Desbiens, président de l'entreprise Les Glissières Desbiens de Trois-Rivières.

Les installateurs de glissières ont frappé à la porte de Transport Québec, gros donneur de contrats, pour être dédommagés, mais n'ont obtenu qu'une majoration de 15 % qui leur semble insuffisante.

Le ministère estime pourtant avoir tenu compte de critères équitables pour déterminer le niveau de compensation. «Quand on regarde l'ensemble des paramètres, que ce soit tous les matériaux impliqués dans ce genre de travaux, les frais administratifs additionnels encourus par les entrepreneurs, le ministère a fait une analyse exhaustive de la situation et en est venu à la conclusion qu'une compensation qui tourne autour de 15 % est tout à faire raisonnable», a plaidé Nicolas Vigneault, porte-parole du MTQ.

En guise de moyen de pression, les entrepreneurs concernés ont décidé de boycotter les appels d'offres du ministère, ce qui pourrait avoir pour conséquence de retarder la construction et la réfection des routes durant la saison des travaux qui approche.