/finance/realestate

Des maisons mises en vente à l’insu des propriétaires

Un phénomène assez inquiétant sur internet touche le marché immobilier. Des maisons sont affichées à vendre alors qu'elles ne le sont pas du tout! Des propriétaires de Magog, en Estrie, sont sous le choc.

• À lire aussi: Acheter sans inspection, un pari coûteux

• À lire aussi: Faut-il rénover avant de vendre?

• À lire aussi: Une vedette de l’immobilier d’ici soupçonnée de fraude

La propriété de Christina Laterreur est affichée pour 245 000 $ sur la toile. Pourtant, la femme ne souhaite pas déménager et ne l'a jamais mise en vente.

«Ma maison n’est clairement pas à vendre. J’étais choquée quand j’ai vu ça. J’ai appelé la police et on m’a référée au Centre antifraude du Canada», a-t-elle raconté à TVA Nouvelles, jeudi.

Sur le site pulseonrealestate.com, on retrouve des dizaines et des dizaines de maisons faussement à vendre, dans toutes les régions du Québec. TVA Nouvelles est allée frapper à la porte d’un propriétaire de Magog, dont la maison figure sur ce site.

«C’est bien ma maison, mais je ne suis pas vendeur... Je suis sous le choc», a réagi Marcel Goulet.

Sur le site canada-real-estate.net, on retrouve encore des propriétés offertes à l'insu des propriétaires. C'est le cas du condo de la sœur de Denis Janelle. «Ça lui a fait peur un peu parce qu’elle ne veut pas que des gens viennent frapper à sa porte. Et on sait qu’il y a déjà eu des fraudes avec les hypothèques, ce n’est pas très agréable», a-t-il dit.

Il semble que les propriétés affichées sur ces sites web étaient sur le marché il y a quelque temps. Les photos et les informations auraient été copiées et réutilisées.

«Pour nous aussi c’est un choc, a commenté le courtier immobilier affilié à Remax Emmanuel Bouchard. On travaille tellement fort pour valoriser notre métier, on n’aime pas voir des choses comme ça.»

Le but derrière ces sites internet douteux semble être de recueillir les informations personnelles des acheteurs, et ultimement de l'argent.

«Toutes les agences immobilières et tous les courtiers reconnus sont affichés sur le site de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec, c’est la référence pour voir si vous avez affaire à quelqu’un de fiable», a indiqué M. Bouchard.

Il ajoute que si vous ne pouvez pas joindre directement le courtier d'immeuble ou le vendeur ni par téléphone ni par courriel, c'est un signe qu'il y a quelque chose qui cloche.

Dans la même catégorie