/news/coronavirus

L'épidémie flambe en France, restrictions étendues

De nouvelles restrictions sanitaires, dont la fermeture de commerces et l'interdiction de se déplacer au-delà de 10 km sans dérogation, ont été étendues jeudi à trois départements supplémentaires en France, au moment où l'épidémie semble de moins en moins contrôlée, avec des services de réanimation saturés dans certaines régions.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: L'UE prête à bloquer les exportations d'AstraZeneca pour avoir sa «juste part»

• À lire aussi: Vers de nouvelles mesures face à un regain de l'épidémie

Dans ce contexte tendu, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, hospitalisée à cause de la COVID-19 et victime de difficultés respiratoires, s'apprête à recevoir de l'oxygène supplémentaire, une annonce qui frappe les esprits à l'heure où les hôpitaux du pays sont sous l'eau.

«Il est apparu indispensable d'amplifier les mesures de protection» pour trois départements, le Rhône (centre-est), l'Aube (nord-est) et la Nièvre (centre), a annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran lors d'une conférence de presse jeudi. Ces départements rejoignent ainsi les 16 - dont toute la région parisienne - déjà placés depuis ce week-end sous ces mesures de «freinage renforcé».

Parmi les mesures, figurent aussi l'interdiction des déplacements interrégionaux et la mise en place de jauges divisant par deux le nombre d'élèves par classe en lycée.

Poussé par le variant anglais, jugé plus contagieux et plus virulent, le virus a progressé quasiment partout en France en mars, un scénario prévu par les épidémiologistes dès janvier.

Le nombre de malades en réanimation a dépassé jeudi les 4700 personnes et se rapproche davantage du record de la deuxième vague à l'automne (2573). Et la barre des 200 000 nouveaux cas de COVID a été dépassée la semaine dernière, une première depuis début novembre.

Tout en affirmant que la «tendance n'est pas bonne», le ministre de la Santé a de nouveau justifié le choix de ne pas imposer un confinement strict ou de fermer les écoles. Pour lui, les contraintes doivent être ajustées selon les territoires et il met en avant «l'acceptabilité» pour les Français «épuisés de lutter sans relâche depuis un an».

La vaccination, qui a déjà permis de faire fortement baisser la mortalité des personnes âgées hébergées dans des structures spécialisées, progresse (6,8 millions de premières doses et 2,5 millions de deuxièmes doses), mais trop lentement pour protéger toute la population. Depuis le début de la semaine, près de 900 personnes touchées par la COVID-19 sont mortes à l'hôpital, soit plus de 93 000 depuis le début de l'épidémie.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.