/finance/stockx

Wall Street termine en modeste hausse après deux séances de repli

La Bourse de New York, qui avait démarré dans le rouge, a conclu modestement en hausse jeudi au cours d'une séance volatile après deux jours de pertes.

Selon des résultats définitifs, le Dow Jones, après deux séances de repli, a avancé de 0,62% à 32 619,48 points. Le Nasdaq, à forte concentration technologique, a grappillé 0,12%. à 12 977,68 points. Le S&P 500 a gagné 0,52% à 3909,52 points.

Les taux d'intérêt sur les bons du Trésor à 10 ans se sont un peu tendus à 1,63% contre 1,60% la veille «alors que les marchés restent agités en pesant les implications sur les taux, des perspectives de croissance robuste en 2021» aux États-Unis, soulignaient les analystes de Schwab.

«Sur le marché des actions, on continue de voir assurément une rotation partant des valeurs technologiques du Nasdaq vers des titres de compagnies relevant plus de l'économie traditionnelle», a noté Boris Schlossberg de BK Asset Management.

Ainsi Boeing a grimpé de plus de 3%, United Airlines a pris plus de 4% ainsi que les croisières Carnival.

Les valeurs du Nasdaq «étaient fortement valorisées tant que les taux d'intérêt étaient à zéro, mais plus ceux-ci augmentent, plus cela comprime cette valorisation», a encore expliqué l'analyste de BK Asset Management.

Les actions bancaires et financières ont tiré parti de ce léger resserrement des rendements obligataires et du dollar fort qui a atteint un plus haut depuis novembre. Wells Fargo a gagné plus de 3%, Bank of America plus de 2%.

Au rang des indicateurs, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont baissé plus que prévu la semaine dernière, à 684 000, un niveau qui reste toutefois supérieur au sommet de 655 000 demandes observé après la crise financière de 2008.

Dans le même temps, le ministère du Commerce a révisé en hausse la croissance des États-Unis au 4e trimestre, qui ressort à 4,3% au lieu de 4,1%, selon son estimation finale.

Facebook et Twitter ont perdu respectivement 1,21% et 1,39% alors que leurs dirigeants ont été interrogés en commission parlementaire sur la désinformation.

Nike a lâché 3,39%, après être devenu jeudi la cible d'une tempête médiatique en Chine après son boycott du coton du Xinjiang, sur fond d'allégations de «travail forcé» imposé aux Ouïghours.