/sports/homepage

Le GP du Canada rayé du calendrier?

Charles Leclerc et le cirque de la Formule 1 ont fait une escale au circuit Gilles-Villeneuve en juin 2019.

Photo AFP

Charles Leclerc et le cirque de la Formule 1 ont fait une escale au circuit Gilles-Villeneuve en juin 2019.

Tous les indices laissent croire que, pour la deuxième année consécutive, la faute à la pandémie, le cirque de la Formule 1 ne fera pas escale à Montréal en 2021.

Selon nos informations et à la lecture des récents propos tenus par le promoteur de l’événement, le Grand Prix du Canada n’aura pas lieu en 2021.

« Les prochains jours seront déterminants, a fait savoir François Dumontier sur différentes tribunes. Une décision sera prise sous peu. Probablement avant le week-end de Pâques. »

La menace d’un troisième vague de la COVID-19, combinée à une campagne de vaccination qui ne sera pas complétée avant septembre, à l’imposition d’une quarantaine (même réduite à sept jours) et au possible maintien de la fermeture des frontières, voilà tous des éléments qui jouent en défaveur de Montréal. 

Ajoutons à cela, la tenue d’une course à Bakou, en Azerbaïdjan, à peine une semaine avant le GP du Canada, prévue le 13 juin.

Ainsi, on ne sait pas comment les autorités de la F1 accepteraient, dans ces conditions, de venir en Amérique pour une seule épreuve alors que l’on doit retourner sur le territoire européen pour l’étape suivante qui doit être disputée le 27 juin en France.

Calendrier chargé

À pareille date l’an dernier, sachant que la course n’aurait pas lieu au moment prévu en raison de la pandémie, Dumontier avait envisagé de la reporter, probablement à l’automne.

Mais, le 24 juillet 2020, il annonçait que le Grand Prix du Canada était officiellement rayé du calendrier.

Or, le contexte n’est guère plus favorable en 2021. L’horaire de la F1 est trop chargé pour espérer proposer un arrêt à Montréal à la tombée des feuilles.

En fait, il reste qu’une seule fenêtre disponible, le 17 octobre précisément, entre les Grands Prix du Japon et celui des
États-Unis pour organiser une course. 

La météo, capricieuse à cette période de l’année, est toutefois un obstacle important.