/news/coronavirus

Québec suspend l’utilisation d’AstraZeneca pour les 55 ans et moins

Québec suspend l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca pour les 55 ans et moins dans la foulée d’une recommandation de Santé Canada et des doutes sur la possibilité de complications médicales liées à l’injection de ce sérum.

• À lire aussi: Moins de cas, mais plus de patients dans les hôpitaux

• À lire aussi: Vaccin refusé pour un homme à la condition médicale précaire

• À lire aussi: Une étude américaine confirme l'efficacité des vaccins à ARN messager

Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) en a fait l’annonce en après-midi après la publication d’un avis du Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI).

Les individus de ce groupe d’âge qui ont déjà reçu ce vaccin, parmi lesquels plusieurs travailleurs de la santé, feront l’objet d’un suivi, précise-t-on.

«L’Agence européenne des médicaments (EMA) évalue actuellement un potentiel lien entre certaines complications de santé et le vaccin d’AstraZeneca chez les personnes âgées de moins de 55 ans l’ayant reçu, indique Québec. L’EMA considère toujours que ce produit est sûr et efficace, mais la possibilité d’un lien entre le vaccin et des troubles de la coagulation et de thrombose veineuse cérébrale ne peut être totalement écartée pour l’instant.»

Les quelques cas observés en Europe sont survenus en majorité chez des femmes de moins de 55 ans, mais il n’est toutefois pas possible de déterminer à ce stade si les événements sont liés au sexe de la personne, précise Québec.

Aucune complication n’est survenue sur le territoire du Québec en lien avec le vaccin d’AstraZeneca, a assuré le directeur national de la Santé publique, le Dr Horacio Arruda, en entrevue à TVA Nouvelles. Au moins 111 000 doses de ce vaccin ont été administrées jusqu’ici au Québec.

La vaccination avec AstraZeneca se poursuivra d’ailleurs chez les personnes de plus de 55 ans, et toute l’information nécessaire leur sera fournie s’ils se voient offrir une dose de ce produit.

«Pour les gens en haut de 55 ans, le phénomène n’a pas été observé et les bénéfices d’être vaccinés contre la COVID-19 sont vraiment plus importants que s’il y avait un risque», a aussi insisté Horacio Arruda.

Certains rendez-vous de vaccination pourraient être reportés selon la disponibilité des doses, mais l’objectif du gouvernement d’avoir offert une première dose à tous les Québécois d’ici le 24 juin prochain est maintenu.

Malgré tout, les personnes récemment vaccinées sont invitées à consulter rapidement un médecin ou à contacter Info-Santé si elles observent ces symptômes dans les jours suivant la vaccination: maux de tête graves ou persistants, vision trouble, douleur à la poitrine, enflure des jambes, douleur abdominale persistante, vision trouble ou présence de contusions (bleus) sur la peau.

L’avis du CCNI survient à la suite de rapports dans plusieurs pays européens de thromboses veineuses cérébrales chez plusieurs personnes de moins de 50 ans ayant reçu leur première dose de ce vaccin anti-COVID.

Rappelons que le 17 mars dernier, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait recommandé que la vaccination avec AstraZeneca se poursuive, puisque «la balance risques/bénéfices penchait en faveur» de ce vaccin.

Le 25 mars, Santé Canada avait donné de nouvelles directives aux professionnels de santé concernant les symptômes à surveiller après l’administration du vaccin d’AstraZeneca et sa version Covishield.

Pour le moment, un peu plus de 300 000 doses de Covishield ont été distribuées au Canada et aucun cas de caillots sanguins clairement dû au vaccin n'a été déclaré à ce jour, a indiqué l’organisme fédéral lundi.

Trois cas ont été signalés après l’administration du vaccin, dont un au Québec, mais il n’a pas été démontré que l’injection était en cause.

À ce jour, 2528 rapports d’effets secondaires liés aux trois vaccins disponibles au Canada ont été répertoriés. Du nombre, 318 rapportaient des effets secondaires graves, dont un seul était lié à Covishield.

«Ça demeure un vaccin avantageux pour prévenir les hospitalisations et les cas graves», a assuré la Dre Supriya Sharma, conseillère médicale principale à Santé Canada.

Le fédéral a commandé 20 millions de doses de ce vaccin. Il doit en recevoir 1,5 million cette semaine en provenance des États-Unis où il n’a toujours pas été homologué.

- Avec Anne-Caroline Desplanques, Le Journal de Montréal