/news/coronavirus

Les personnes lourdement handicapées devraient être vaccinées en priorité

Le médecin Réjean Hébert pense que les personnes lourdement handicapées représentent une clientèle vulnérable qu’il faut vacciner le plus rapidement possible.

Alors que la découverte de variants inquiète de plus en plus, le Collectif Action COVID demande au ministère de la Santé de vacciner les personnes lourdement handicapées qui demeurent partout au Québec. 

« Il y a certaines régions où on vaccine déjà les personnes à domicile, en tout cas on leur donne des rendez-vous dès maintenant, et dans d’autres régions, ça ne se fait pas. Moi je veux que la directive du ministère soit claire », a affirmé le Dr Réjean Hébert, porte-parole du collectif. 

Guillaume Parent est lourdement handicapé. Il demeure près du Stade olympique, où les personnes défilent pour se faire vacciner, mais lui n’y a pas droit. 

Il craint d’être infecté lorsqu’il travaille comme conseiller financier ou lorsqu’il va chercher ses enfants à l’école, car il ne peut pas porter de masques.

Michael Daigle, 26 ans, est atteint de la dystrophie musculaire de Duchenne. « Si j’attrape la COVID, j’ai des bonnes chances de mourir », explique le jeune homme. 

Sa mère de 60 ans, qui est aussi son aidante naturelle, a reçu sa première dose, mais Michael n’a pas droit au vaccin. 

Lui non plus ne peut porter de masque. Il ne sort donc plus de chez lui depuis un an. 

La Dre Cécile Tremblay, microbiologiste et infectiologue au CHUM, est d’avis que les personnes handicapées pour qui il est impossible de se protéger devraient être vaccinées. 

Le Dr Ducharme et la Dre Tremblay croient aussi que les personnes âgées en CHSLD et en RPA devraient rapidement recevoir leur deuxième dose pour assurer une protection maximale.