/finance/homepage

Manque de main-d'oeuvre à Sherbrooke

Des enseignes de recrutement trahissant un manque de main-d'oeuvre pullulent plus que jamais dans les commerces et entreprises de Sherbrooke.

• À lire aussi: CPE et garderies: le recrutement d’éducatrices non qualifiées se poursuivra après la pandémie

• À lire aussi: Pénurie de main-d’œuvre en restauration

Tout comme l'an dernier, à l'approche de la saison estivale, les besoins en travailleurs dans les commerces et entreprises de services sont criants. Or, même si les employeurs bonifient leur offre d'emploi, les candidats sont peu nombreux à manifester de l'intérêt.

Le secteur de la restauration est particulièrement touché par la pénurie de personnel.

C'est notamment le cas du côté de la salle à manger du restaurant familial Le Grec, toujours fermée parce que les propriétaires cherchent des employés pour la cuisine.

Une des propriétaires, Sophie Maronitis, a dû offrir plus de 50 000 $ en salaire de base pour s’assurer des services d’un chef cuisinier.

Le transport de marchandises est un autre secteur d'activités où la relève est difficile à trouver.

L'entreprise Géo O Dubois a procédé il y a quelques mois à l'embauche de trois chauffeurs de la France pour combler ses besoins.

De son côté, le magasin Club Piscine de Sherbrooke cherche toujours à combler une demi-douzaine d’emploi de manière urgente.

Même scénario pour l’entreprise de paysagement Jardin d’Eden qui a besoin d’une douzaine de travailleurs pour l’été qui vient.

La rareté de la main-d'oeuvre serait encore plus problématique cette année qu'elle ne l'était en 2020, disent les employeurs.