/news/coronavirus

Montée des variants: «Si on ne fait rien, on va en payer le prix très cher»

Bien que la population soit « habituée» à vivre avec la COVID-19, l’arrivée des variants est extrêmement préoccupante et pourrait changer le visage de la pandémie, malgré l’arrivée du vaccin. 

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: AstraZeneca: l’objectif du 24 juin en péril?

• À lire aussi: La COVID longue, ce mal mystérieux

En plus de se transmettre plus rapidement, les jeunes sont plus touchés par le variant que l’on devrait considérer comme un nouveau virus, selon Pierre Harvey, microbiologiste infectiologue à l’hôpital de Rivière-du-Loup.

La MRC Kamouraska – Rivière-du-Loup où il œuvre est particulièrement touchée par la montée du variant.

«Le virus trouve une faille dans nos mesures protection, et c’est mathématique, il fonce! Dans mon travail j’ai les résultats tous les jours. On est passé de zéro cas à soudainement 40-47 cas par jour. Je faisais un calcul rapide, 47 cas à Rivière-du-Loup, c’est comme si on avait 14 000 cas par jour au Québec. Ça vous donne une idée», explique le Dr Harvey en entrevue à Mario Dumont. 

«C’est comme si on avait le pied sur le frein et le virus avait le pied sur l’accélérateur», image-t-il. «Ce qui vient de changer la donne, c’est le variant. C’est un nouveau virus», juge-t-il. 

«Le virus serait 65% plus contagieux, le taux d’admission aux soins intensifs est doublé, le taux de décès est augmenté de 50% à 60%. Pour simplifier la chose, je l’appelle la COVID-21».

Même la chancelière allemande Angela Merkel a déclaré que le variant devrait être considéré comme un nouveau virus, afin de prendre toutes les mesures les plus strictes pour l’endiguer. 

«On doit en prendre acte maintenant! Avant, quand un virus rentrait, peut-être que 30 à 40% des gens l’attrapaient, maintenant c’est tout le monde qui y passe. [...] Si on ne fait rien, on va en payer le prix très cher. L’autre problème avec le nouveau variant est qu’il est beaucoup plus sévère chez les jeunes. À Toronto, le 1/3 des personnes aux soins intensifs ont entre 20 et 39 ans», rapporte-t-il.

Par ailleurs ces jeunes patients sont souvent rapidement intubés. Le portrait du virus a grandement changé, insiste le microbiologiste infectiologue qui implore la population de faire très attention, ne pas baisser la garde et éviter à tout prix les rassemblements familiaux. 

***Voyez son entrevue dans la vidéo ci-dessus.***

Dans la même catégorie