/news/coronavirus

La 3e vague devenue une réalité à Montréal

La troisième vague de COVID-19 poussée par la montée spectaculaire des variants aura cette particularité de frapper très rapidement et massivement dès que la population baissera la garde. 

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: L’Ontario «s’en va vers la catastrophe»

• À lire aussi: Hausse abrupte des cas à Québec: «On l'a carrément échappé», estime Labeaume

C’est l’avertissement qu’a servi le Dr François Marquis, chef des soins intensifs de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, qui constate l’urgence de la situation dans la région de Québec, notamment, mais également en Ontario. 

«On est dans une situation très dangereuse. [...] C'est très inquiétant parce que la contamination est exponentielle», a déclaré mercredi matin le maire de Québec, Régis Labeaume. 

Dans l’ensemble du Québec, les éclosions ont doublé dans les écoles et une quarantaine d’éclosions supplémentaires sont constatées dans des milieux de travail. 

Pour le Dr Marquis, cette nouvelle vague «sera encore plus opportuniste que les autres», et dit craindre un manque dans la disponibilité des lits, mais également chez le personnel de la santé, réduit et épuisé par la situation sanitaire. 

«À ma connaissance, on est dans les plus bas taux de disponibilité de lits de soins intensifs [...] on a des équipes extrêmement réduites extrêmement fatiguées. Donc, une grosse troisième vague avec peu d’offres de lits de soins intensifs. Je pense que les prochains jours à Québec, tout le monde va garder les yeux ouverts», détaille-t-il en entrevue à 100% Nouvelles.

En plus de craindre pour le long week-end de Pâques, le Dr Marquis constate que les soins intensifs de son hôpital sont actuellement très chargés.

«On a déjà commencé à recevoir des COVID d’autres hôpitaux qui débordent sur l’île de Montréal. C’est une réalité la troisième vague, même si elle est pas encore aussi impressionnante que ce que l’on voit à Québec», observe le Dr Marquis. 

Il constate également que désormais, les gens hospitalisés ne sont plus seulement des cas lourds, des personnes âgées ou présentant des problèmes de santé; toutes les tranches de la population sont touchées. 

***Voyez son entrevue dans la vidéo ci-dessus. ***

Dans la même catégorie