/news/coronavirus

Le Québec devrait tirer des leçon de la «catastrophe» en Ontario

Le Québec devrait tirer des leçons de la «catastrophe» qui est en train de se confirmer en Ontario en resserrant les mesures sanitaires rapidement et pour plusieurs semaines. C’est que ce que suggère le Dr Jérôme Leis, directeur médical de la prévention et du contrôle des infections à l’Hôpital Sunnybrook de Toronto, qui constate l’urgence de la situation en Ontario. 

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: L’Ontario «s’en va vers la catastrophe»

• À lire aussi: Hausse abrupte des cas à Québec: «On l'a carrément échappé», estime Labeaume

• À lire aussi: La 3e vague devenue une réalité à Montréal

«On a rouvert trop rapidement alors qu’on savait que les variants étaient en train d’émerger. On a eu des délais à pouvoir vacciner notre population. On est encore loin d’avoir bâti une immunité collective. Jusqu’à ce que ce soit le cas au Québec, il faut absolument se méfier des variants. Il faut essayer de rester confiner le plus longtemps possible jusqu’à ce qu’on puisse bâtir l’immunité collective. Si vous pouvez encore attendre de quatre à huit semaines, je sais que les gens sont fatigués, vous allez prévenir le genre de catastrophe qu’on est en train de vivre en Ontario», a expliqué le Dr Leis en entrevue à 100% Nouvelles. 

La situation en Ontario est très difficile, la transmission communautaire est pire que lors de la deuxième vague, le système de santé est saturé. Les variants sont devenus dominants chez nos voisins et représentent plus de 60% des cas de COVID dans la province. 

Avec ces variants, les infections sont plus sévères, et touchent une population plus jeune et plus mobile. 

«Des patients sont transférés à l’extérieur de la région [de Toronto] pour être soignés», explique le Dr Leis, qui juge que des mesures doivent être mises en place de façon urgente, mais encore, seront-elles suffisantes? «Il doit y avoir des mesures sanitaires encore plus fortes que ce qui a été imposé à Noël», précise le spécialiste en infectiologie. 

Bien que la population soit épuisée par les restrictions sanitaires, et certainement pas prête à faire face à de nouvelles restrictions, il considère qu’elle n’a pas le choix. 

«Prêts ou non on n’a pas le choix. On a passé le stade de constater et d’en discuter il va falloir passer à l’action», urge le médecin torontois. «On a perdu contre les variants en Ontario et on est en train d’être débordés. On n’a vraiment plus le choix», laisse-t-il tomber. 

Le premier ministre Doug Ford doit faire des annonces jeudi matin sur la situation sanitaire dans sa province. 

Dans la même catégorie