/news/coronavirus

Des Ontariens se font vacciner au Québec

vaccination outaouais

Photo Anne Caroline Desplanques

Des Ontariens profitent de vaccins réservés aux Québécois en se faisant vacciner en Outaouais, où la distribution de doses va plus vite que chez eux.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

« On en a, des Ontariens, on a en beaucoup. Ça vient aussi de tout le Québec, de Mont-Tremblant et d’ailleurs », indique un responsable de la clinique de Wakefield dont Le Journal ne donne pas l’identité, car il n’avait pas l’autorisation de parler aux médias.

Wakefield est situé à une vingtaine de minutes de la capitale, en bordure du parc de la Gatineau, un secteur très prisé des villégiateurs. 

Sur le stationnement de la clinique, sept véhicules sur 45 étaient immatriculés en Ontario, lors du passage du Journal.

À la clinique du Palais des congrès de Gatineau, le phénomène est encore plus frappant : près de la moitié des véhicules présents sont ontariens.

« On concède qu’il y a des personnes de l’Ontario qui ont pris un rendez-vous pour recevoir leur vaccin dans nos cliniques de vaccination », indique la porte-parole du CISSS de l’Outaouais, Patricia Rhéaume

Cette personne va se faire vacciner contre la COVID-19 à la clinique de vaccination de Wakefield, en Outaouais, où de nombreux Ontariens propriétaires de résidences secondaires se font immuniser avant d’y avoir droit en Ontario.

Photo Anne Caroline Desplanques

Cette personne va se faire vacciner contre la COVID-19 à la clinique de vaccination de Wakefield, en Outaouais, où de nombreux Ontariens propriétaires de résidences secondaires se font immuniser avant d’y avoir droit en Ontario.

65 ans contre 75 ans 

C’est qu’en Ontario, pour le moment les doses sont réservées aux 75 ans et plus, alors qu’en Outaouais tous les 65 ans et plus sont les bienvenus, avec ou sans carte d’assurance maladie québécoise.

Un retraité ontarien rencontré à Wakefield estime qu’il est « tout naturel » pour lui d’avoir reçu ici sa première dose il y a quelques jours et d’accompagner maintenant son épouse, puisque tous les deux passent le plus clair de leur temps à leur chalet.

« Je ne sais même pas où et quand je pourrai l’avoir à Ottawa », justifie-t-il en anglais avant de s’enfermer prestement dans son VUS immatriculé en Ontario.

Preuve de résidence 

« Nous sommes présentement à mettre un contrôle supplémentaire visant à demander une preuve de résidence lors de l’administration du vaccin », indique Mme Rhéaume.

Mais la preuve de résidence est d’ores et déjà exigée dans les cliniques, en plus d’une carte d’identité. La résidence en question peut cependant être secondaire.

« On nous a demandé notre preuve de résidence deux fois », a assuré une dame au Journal avant d’embarquer dans une autre voiture immatriculée en Ontario.

Mme Rhéaume fait appel au « bon jugement de la population » et souligne que les déplacements interrégionaux ne sont pas recommandés.

Québec a imposé hier un confinement strict à Gatineau, en soulignant que la proximité avec Ottawa est un problème pour la transmission du virus.


► Le premier ministre ontarien, Doug Ford, va annoncer jeudi matin que sa province retournera en confinement complet pendant un mois, dans le but de ralentir la troisième vague de COVID-19. Ce faisant, le gouvernement ontarien ordonnera la fermeture des bars, des restaurants, des gyms, des salons de soins esthétiques et de coiffure et les autres lieux de divertissement et culturels.