/finance/homepage

L’Assomption veut devenir un leader international en technologies agricoles

Photo courtoisie : Ville de L’Assomption

Une centaine d’entreprises axées sur les nouvelles technologies agricoles occuperont le site d’un 1,2 million de pieds carrés de l’ancienne usine Electrolux à L’Assomption, d’ici cinq ans. 

• À lire aussi: Le fédéral augmente les restrictions de certains néonicotinoïdes, sans les interdire

• À lire aussi: L’eau de la rivière L’Assomption est baignable

C’est l’objectif de Marilou Cyr, directrice du projet de la Zone Agtech, alors que la Ville de L’Assomption part à la recherche d’un partenaire immobilier pour assurer la construction d’un bâtiment principal supérieur à 400 000 pieds carrés.

«On a une vision de devenir une zone d’innovation agricole de calibre mondial », a affirmé Mme Cyr, en entrevue.

Le projet en réflexion depuis trois ans, de concert avec la Ville de L’Assomption, sera une zone d'affaires dédiée aux entreprises en nouvelles technologies de culture intérieure, d'agriculture aux champs et de bioproduits végétaux.

« Nous sommes en discussion avec plusieurs entreprises et partenaires qui sont prêts à venir s’installer chez nous, a pour sa part mentionné Sébastien Nadeau, le maire de L’Assomption. On vise à débuter la construction dès l’automne 2021. »

Et M. Nadeau jure que l’immense zone de technologies agricoles ne sera pas troublante en termes de bruits et poussières pour les citoyens qui habitent autour. Il y a également une école secondaire à proximité.

Pour ce faire, le projet inclut la construction d’un corridor vert de 25 mètres de large où il va y avoir la plantation de verdure, du transport actif et des jeux de parcs.

«Le corridor vert va avoir l’effet d’une zone tampon, a assuré le maire. Et les camions ne pourront pas circuler derrière les bâtiments.»

M. Nadeau a ajouté qu’il ne s’agit pas de « l’industriel lourd avec la grosse machinerie et la grosse pollution ».

Le site visera également l’intégration de serres d’une ampleur inégalée, aux dires de la Ville, sur le toit.

Il y aura également des avocats spécialisés en brevetage et propriété intellectuelle dans le créneau des technologies de l’agriculture.

« On veut regrouper des spécialistes autour des entreprises », a également dit M. Nadeau.

Rappelons que la multinationale suédoise Electrolux a donné ce terrain à la Ville de L’Assomption, à l’été 2020, 10 ans après avoir annoncé son intention de fermer l’usine. Quelque 1300 emplois avaient été perdus.

Le site a accueilli plusieurs entreprises de fabrication selon les époques et les propriétaires (instruments aratoires, fournaises à l’huile, électroménagers, etc.).